12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 14:42

 

Envie de m’exprimer en ce jour de soleil froid. ANTITINA, c’était ma réponse à cette aberration d’une prétendue lutte contre la pauvreté, comme s’il existait en ce monde une sorte d’entité maligne Pauvreté qui nous voulait du mal.

On ne lutte pas contre un état de fait mais bien contre ceux qui le produisent, non des entités mais des êtres concrets (les auto-exclus du genre humain) qui agissent de manière délibérée pour causer la pauvreté du plus grand nombre afin d’accumuler eux un maximum de possession et toujours plus de pouvoir de les accumuler et de les augmenter.

A ce stade là d’égarement il serait tout aussi utile de fabriquer des effigies de Pauvreté et d’inviter « les pauvres » à venir les mettre en pièce, cela au moins cela défoule, une saine émotion qui fait du bien, en relâchant le stress et les tensions.

Soyez deux minutes – non pas sérieux…le sérieux on l’emm… tout autant que cette austérité qui leur appartient, pas sérieux mais éveillés, attentifs, responsables aussi, utilisez les jolis petits neurones que la nature (pas Monsanto) a produit à cet effet et sortons pour un moment de leur patrons patrologiques.  

Les moulins à vent de Don Quichottes étaient des cibles bien plus concrets que cette pauvreté diffuse qui semble ne sortir de nulle part comme une sorte de fatalité que les incantations ad-hoc pourrait éradiquer, écarter à jamais.

Exemple de prière à usage des masses appauvries, celle que nous concoctent tant les apôtres égarés, que les sinécurés repus des Pourfendeurs de Pauvretés : « Notre Maître-Patron qui présidez l’Olympe des Profiteurs Patentés, donnez-nous au quotidien notre Etat-Providence, et nous serons vos Employés reconnaissants, fréquentant vos Temples du SuperMarché Unique, nous rendrons un culte quotidien à vos icônes Ecrans, qui chaque jour nous font partager la vie des Saintes Vedettes, et si nos gosses bruyants perturbent le spectacle, nous serons de bons parents et nous les ferons taire, même s’il nous faut pour cela les bâillonner d’un hamburger ! Si, si. Et si cela ne suffit pas Big Pharma saura y faire, grâce à Sainte Sécurité Sociale nous aurons gratuitement (il faut bien que les impôts servent à quelque chose d'utile) plus de Rilatine qu’il n’en faut pour en finir avec cette insulte au Système : des enfants plein de Vie, que les carcans énervent. En Bons Employés Méritant nous transmettrons à nos enfants la Sainte Soumission nécessaire au bon fonctionnement de votre système, nous leur donnerons des jolis prénoms machiniques, Rouage, Ecrou, Visse, parmi les plus jolis Puce est très apprécié, Cyborg aussi n’est pas mal. Je laisse à votre imagination le soin de trouver la nomenclature de demain, celles qui nommera de petits êtres voués à devenir les rouages d’une machine conçue par d’autres, machine perpétuelle de leur Pouvoir, faut que ça rapporte…

Mais nous nous éloignons de notre sujet, Pauvreté serait donc comme la mauvaise fée des contes, la cause de nos maux. Faut grandir un peu les gens, devenir responsables de vous-même et du monde, de Notre Terre, qui est sous nos pieds et ne se cache pas dans l’Olympe des Réserves pour Ultra-Riches avec leur mercenaires qui en garde l’accès… les seuls pauvres qui y entrent ce sont les domestiques… mais comme disait l’un deux, un Sifrino (oligarques et assimilés) Vénézuélien, surveillons ces gens de près, le Ressentiment Social pourraient les rendre dangereux.Il aurait pu rajouter Vivement les robots domestiques que nous n’ayons plus affaire à cette misérable engeance qui s’obstinent à penser, juger, discriminer, malgré toutes les mesures prises pour les en empêcher, capables de se rebeller.

Ce n’est pas à la pauvreté qu’il faut s’attaquer, mais à ceux qui la causent – oulah, incitation au terrorisme ? Non, le terrorisme est aveugle. Le terrorisme est ce qu'ils nous concoctent  au nom de la Sécurité, une instabilité qui plonge tous et chacun dans la peur  permanente en augmentant les risques de faire les frais d'un violence arbitraire quelle qu'en soit la source, police ou criminels. J

e parle de cibles concrètes et identifiables et je ne prône pas la violence mais simplement l’abandon de leurs Temples de Consommation et des modes de vie préformatés qu’ils nous imposent… Faisons nôtre le Libre Echange, un libre échange qui parle de partage, de gratuité, de juste prix. Vous n’avez pas remarqué, plus ils installent le Libre Echange de leur Marché Unique dominé par les Corporations Monopolistiques plus sont taxés, contrôlés interdits nos marchés libres…  plus ils ont le monopole sur l’emploi devenu seul moyen de travailler, plus ils réduisent la rémunération et les droits du travail alors que le Capital lui se sert sans limite par ce tour de passe-passe bien connu qui fait qualifier de compétitivité annihilée par les partage du Marché qu’ils règlent entre eux sans se faire concurrence, la recherche d’une rentabilité accrue, pour quelques-uns au détriment de tous les autres, à qui ils imposent aussi le stress d’une rivalité permanente, concurrence entre les petits sur un marché de l’emploi toujours plus restreint, toujours plus exigeant où il est toujours plus question d’écraser l’autre, de grimper sur sa tête pour franchir les degrés d’une hiérarchie sociale où la mobilité est en perte d’espace, en perte de vitesse.
Voilà ce que cache "compétitivité", cette autre mauvaise fée de notre triste conte,o, une recherche de croissance permanente de la rentabilité qui n'est certainement ni sage, ni raisonnable, un mauvais délire obsessionnel en quelque sorte

Si je vous appelle à prendre pour cible les Causeurs de Pauvreté, je ne veux pas dire par là que vous devez prendre votre fusil pour leur flanquer une balle dans la tête, prenez les pour cible de votre discernement. Réfléchissez, cherchez, identifiez les causes plutôt que de perdre votre énergie, votre temps à combattre Pauvreté une entité fictive. Plutôt que de perdre votre temps à coller des emplâtres sur les jambes de bois d’agonisants… Vous avez tant tardé à le faire que nous voici tous embarqué sur la même galère ! La seule manière d’en finir avec la destruction du monde et de ses habitants est de ne plus nourrir la bête. Mais le mouvement s’accélère qui par appropriation du territoire, lois et réglementations restreignent toujours plus drastiquement le droit et la possibilité de construire une autre économie, de faire exister d'autre manière d'habiter la planète.

TINA (there is no alternative) est la mère de la Globalisation Corporatiste et Marchande. ANTITINA nous sommes, ANTITINA nous resterons, bien plus qu’hier et bien moins que demain, tout simplement contre leur Haine globale qui les conduit à détruire ce qu’il ne peuvent dominer, une histoire de pervers qui sont c'est le moins qu'on puisse dire, absolument dépourvu du moindre sens commun et pour qui tout Bien Commun est une insulte  au Dieu Profit qu'il faut éradiquer.TINA est un cri de HAINE, une forme de néfaste folie.

Agissons par amour de la VIE, par AMOUR, avec JOIE. ALEGRIA, le début de la fin de toutes les misères, de leur pauvreté dont la racine principale est la soumission sans combattre à l’impératif moral d’AUSTERITE, qui sans aucun fondement matériel est un libre choix de la conscience.

ALTERNATIVES PARTOUT


Anne W.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives