13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 09:52





Aujourd'hui je vais privilégier les recherches.


Depuis quelques temps j'atteinds un niveau de saturation, à force d'engranger un maximum d'informations sans pouvoir prendre le temps de les laisser décanter et trouver leur place dans un schéma organisé, je ne sais plus très bien par quel bout prendre les choses pour transmettre ce que je perçois de la réalité.



Je ne pensais pas suivre l'actualité quand j'ai commencé ce blog, mais plutôt fournir des analyses, des travaux d'investigation en profondeur, ce qui aurait été l'occasion pour moi de mettre en forme toute cette matière accumulée au cours des années. Montrer aussi des exemples des belles et bonnes choses qui se passent sur cette planète, qui existent et dont on parle bien trop peu.



Toutes ces personnes, tous ces groupes, ces collectifs qui un peu partout sur la planète font à travers leur vie quotidienne oeuvre de préservation. De la vie dans sa simple complexité. Simple complexité ? Je vais me lever, aller verser de l'eau sur le café et revenir ici derière m'ordinateur. Là je viens de taper quelques phrases qui ont au moins un minimum de sens....simple non, mais imaginez vous le nombre d'informations mise en oeuvre par les partie de mon cerveau constituantes de mon inconscient pour réaliser ces opérations d'une grande simplicité apparentes...




Prenez conscience un moment : combien de centaines de  millénaires il a fallu à l'évolution pour qu'un jour une petite fille naisse...et devenue une adulte se fasse un café, sans avoir à penser chaque geste. Tourner le bouton du robinet pour avoir de l'eau, tourner celui de la cuisinière...pas n'importe lequel, celui de droite, prendre le briquet qui est dans ma poche pour allumer le gaz....marcher, me rasseoir, me servir de ce clavier pour aligner des mots dans des phrases significatives, avec là dans un peit recoin de mon cerveau, un but, une recherche, marcher, m'asseoir....penser. et je ne réfléchis pas quand j'écris (j'entends les mauvais esprits qui de disent en lisant cette phrase...ben cela se voit - se nota) , essayer d'imaginer combien d'information ont été mises en jeu pour que je fasse ces quelques gestes simples, combien de processus d'apprentissage mis en oeuvre qui sont là quelque part dans ma mémoire...marcher, utiliser un langae verbal, savoir que du robinet sortira de l'eau si je tourne le bouton adéquat, me servir d'un clavier d'ordinateur....tout en ne faisant rien de bien compliqué, j'ai mis en oeuvre des proce
ssus incroyablement complexes.



C'est cela, la simple complexité de la vie. Et vouloir intervenir dans ces processus complexes en ce prenant pour un dieu doté d'omniscience est un crime de lèse-vie, quelques chose de bien plus grave qu'un crime contre l'humanité. Et c'est cela que mettent en oeuvre aujourd'hui des scientifiques au service des industriels, non pas dans le but d'amener du bien-être à l'humanité mais dans celui de dégager du Profit. Le Profit une divinité inventée par quelques hommes et qui c'est imposé comme devant être la raison de vivre de chacun. Je ne vais pas entrer, là, dans ce langage de l'économisme qui se pose comme le catéchisme monothéiste du dieu Profit auquel nous devrions tous faire allégeance. Pour ceux qui ne l'ont pas vue, je vous conseille vivement la vidéo où Dassault s'exprime à ce sujet.



Dailymotion - Dassault, le vrai visage de l’UMP - une vidéo Actu et Politique

Il commence par cette phrase :
"Vous voules qu'aujourd'hui il n'y ai plus de grands groupes et de grands chefs d'entreprise qui réussissent ? Alors allez-y, continuez à les critiquer. On a besoin d'eux."


Cela c'est lui qui le dit, et moi je dis...ben non, on se passerait bien de vous, sans vous le monde irait beaucoup mieux. Allez la regarder cette vidéo en vous posant la question : est-ce vraiment cet avenir là que je souhaite pour mes enfants. Qu'ils doivent dormir dans les usines de Dassault comme les travailleurs des sociétés carcérales chinoises, de la société semi-carcérale japonaise...



Et si cela ne vous suffit pas ceci aussi vaut le détour, accrochez-vous...ces vidéos sont édifiantes, en ce sens qu'elles n'agitent pas de grandes théories, elles montrent...la première montre en quel terme les propriétaires des grands groupes imaginent l'avenir des humains et la seconde montre en pratique, concrètement dans la rélité comment se traduit cette vision du monde...pour les "gens d'en bas"



attention danger travail - Google Vidéos

Vous aurez le choix entre la version intégrale et des extraits, la version intégrale, c'est 1h22, je suis retée scotchée...c'est pas grand chose 1h22 pour la somme d'informations qui sont contenues dans ce film...j'en ai appris plus en ce peu de temps que pendant des heures et des jours et des semaines de recherches. C'est un apport de Plume, accompagné d'un texte de Naramudi, l'histoire du pêcheur mexicain L'histoire du pécheur mexicain ! - La plume dans l'kawa



Et pour ceux qui n'auront pas la "chance" d'avoir un travail un commentaire de Naramudi, publié par la Plume dans l'kawa....Les humains devenus inutiles.... - La plume dans l'kawa

"Les humains devenus inutiles ne sont pas éliminés dans des camps de concentration, mais en leur supprimant progressivement l'accès à l'espace vital, à la nourriture, à la santé, à l'éducation, à l'information, et à l'énergie. L'envolée des prix alimentaires, la suppression ou la réduction des allocations-chômage, la baisse des retraites, le démantèlement des systèmes d'éducation et de santé publique, et la privatisation du marché de l'électricité sont autant de mesures récentes qui vont dans ce sens."



Et pour le blog de Plume sur lequel chaque texte est intéressant, voici le lien La plume dans l'kawa


Et voici la question, une question qui n'appelle pas une réponse unique, une question à réponse plurielle, une question qu'il serait bon pour que la démocratie soit le mode de gestion politique et économique de la planète décidé par la volonté des peuples, une question qui devrait faire l'objet d'un référendum planétaire, plusieurs questions... : "Avons-nous vraiment besoin des Dassault et autre"
"Ne pouvons-nous pas nous passer des Dassault et autres zozos du grand capital et imaginer d'autres modes de production ? D'autres modes d'organisation ? D'autres modes de relations entre habitants que la concurrence et la loi du plus fort ?"



Bon, il faudrait formuler les questions un peu mieux, mais voilà l'idée générale...Que chacun sur la planète puisse s'exprimer à ce sujet et que l'on voit alors quel serait le choix de la majorité des habitants humains de cette planète. Et là on pourrait commencer à parler de démocratie et la démocratie ne serait plus qu'une étape dans l'évolution de l'humanité qui pourrait enfin donner le meilleur d'elle-même et la sécurité naîtrait du bien-être, de la joie, de la justice, de la possibilité pour chacun d'un épanouissement personnel, car si un tel référendum avait lieu, son résultat le plus probable serait qu'une majorité des habitants de la planète diraient NON au capitalisme forcené.




Anne



Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives