3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 13:15

AUTEUR:   Féministes en Résistance

Traduit par  Esteban G.



Après 27 jours de résistance des femmes et du peuple hondurien contre le coup d'État politico-militaire-économico-religieux dans ce pays, différentes organisations de femmes et de féministes du Nicaragua, du Guatemala, du Honduras, du Salvador et de l’État espagnol nous sommes réunies pour analyser et nous positionner sur ce recul et cette atteinte à la liberté, la justice et les processus démocratiques naissants dans la région, nous dénonçons :

 


  • Le terrorisme exercé à partir du gouvernement putschiste, dont les actes violents génèrent l'impunité face à la violence contre les femmes.

  • Les menaces et les persécutions des camarades, Féministes en Résistance, car elles élèvent leur voix face à l'injustice.

  • Le silence sur les déclarations des femmes en lutte, instauré par les médias massifs du pays, dominés par l'oligarchie.


  • L'alliance entre les hiérarchies des Églises, les partis politiques traditionnels, les médias massifs, l'oligarchie, les militaires et les policiers, contre le peuple du Honduras.

  • L'ingérence des hiérarchies des églises dans les affaires politiques, qui brise le mandat de laïcité de tout État démocratique, de même qu’ils violentent constamment le corps des femmes.

  • L'imposition des intérêts des transnationales et de l'oligarchie nationale et internationale, contre les décisions souveraines du peuple, en utilisant les militaires pour faire plier le caractère institutionnel de l'État hondurien, comme ils l’ont fait tant de fois par le passé…



En conclusion, en tant qu’organisations signataires nous EXIGEONS:

1. De nos gouvernements, de l’Organisation des Nations Unies, de l'Organisation des États d’Amérique (OEA), de l'Union Européenne (UE) et du Système d'Intégration d'Amérique centrale (SICA) d’avoir des positions claires, fermes et des actions réelles - économiques, commerciales et politiques - afin de parvenir à la rapide réinstauration du gouvernement constitutionnel.

 


2. Que la sécurité du peuple hondurien soit garantie, en utilisant les outils juridiques internationaux contre les putschistes honduriens.

3. L’arrêt de la militarisation de ce processus et l’usage de la violence par les forces de sécurité du Honduras.

4. La réinstauration immédiate du gouvernement constitutionnel légitimement élu en tant que seule issue légale et juste.

Avec ces exigences, nous RÉITÉRONS notre soutien à toutes les actions et communiqués qui sont effectués à partir de l'articulation de FÉMINISTES EN RÉSISTANCE, et nous invitons le mouvement populaire de nos pays à faire connaître, à considérer et à accompagner les luttes des femmes.

NOUS SOMMES TOUTES LE HONDURAS. FÉMINISTES EN RÉSISTANCE.

    San Salvador, le 24 juillet 2009

 



Source : les auteures : « Somos todas Honduras. Feministas en resistencia »

Article original publié le 30 juillet 2009.

Sur l’auteur

Esteban G. est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8265&lg=fr

 

 

 



AUTEUR:   ACSUR-LAS SEGOVIAS

Traduit par  Esteban G.



Camarades

Les forces de police et militaires qui se trouvent dans l’un des 24 postes de contrôle et de rétention positionnés entre la sortie de Tegucigalpa et Las Manos à la frontière avec le Nicaragua, ont arrêté 24 femmes avec leurs enfants.

 


Comme m’a informé une journaliste qui se trouve détenue dans la Communauté d’Arenales, et faisant partie d'une délégation des droits humains la COFFADEH (dans laquelle participe également Ellen Verryt, de Solidarité Mondiale) il y a au moins 500 personnes dans ce poste de détention, parmi elles, se trouvent la première dame du pays Xiomara Zelaya et 3 députés de l'Unification Démocratique (Silvia Ayala, César Ham et Marvin Ponce).

 


La police est sous le commandement des militaires et tous sont armés, de cuirasses, de bombes lacrymogènes et autres. Dans la zone, elle a pu également apercevoir des francs-tireurs. Une voisine de la Communauté a préparé des repas à certaines de ces personnes, mais ensuite les militaires ont ordonné de fermer le seul point de vente qu'il y a dans la zone, et par conséquent une bonne partie de ces gens est restée sans manger et tous sont à la merci des intempéries.

 


La délégation des droits humains a sollicité le chef du poste, un lieutenant colonel au nom de Amaya, de les autoriser à passer car ils avaient une information que plus avant de ce poste il y avait des personnes blessées, malgré cela, il leur a signifié qu'il ne les laisserait pas passer. Les députés retenus ont insisté et il leur a répété que personne ne franchirait cette limite.

 


Cela fait deux heures que le régime putschiste a décrété le couvre-feu dans tout ce département de 6 h du matin à 6h le lendemain au soir, et par conséquent, tou(te)s les hondurien(ne)s dans la zone seraient donc détenus et captifs pendant 30 heures consécutives.

La principale préoccupation, selon les mots de la journaliste, est qu'ils mettent en œuvre « le Plan BJ » (plan billy Joya -1) qui consiste en une guerre psychologique, un siège médiatique et mercenaire. Elle nous a aussi informé que la Ministre du Travail, Maira Mejía est détenue dans une cellule dans la ville de Choluteca, au sud du pays également à la frontière avec le Nicaragua, 8 autres personnes aussi sont détenues avec elle.

 


Nous envoyons ce message de dénonciation pour que les organisations des droits humains qui sont à l’extérieur du Honduras puissent de quelque manière nous aider dans cette situation.

Note : 


1 Billy Joya
Tortionnaire et commandant des escadrons de la mort.
Il a été nommé ministre conseiller du président putschiste Roberto Micheletti
par le gouvernement de facto.

 



Source : délégation d’ACSUR : Desde Danlí, cerca de la frontera con Nicaragua”

Article original publié le 30 juillet 2009.

Sur l’auteur

Esteban G. est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8267&lg=fr

 

 

 

Vendredi 31 juillet 2009


Jeudi 30 juillet , brutale répression de la police et de l'armée sur des manifestants du Front de Résistance contre le coup d'état qui bloquaient une route à 6 km de la capitale.

Les manifestants ont été attaqués et poursuivis pendant plusieurs km par hélicoptère et se sont fait tirés dessus comme des lapins par des tirs de balles en caoutchouc et des bombes lacrymogènes, 26 blessés, dont un  à la tête et 80 arrestations.




Les putschistes sont d'autant plus violents que l'étau se ressère autour d'eux.

Le président Zelaya ne lache pas un pouce de terrain et prépare son retour au Honduras.

Honduras : Zelaya déclare que son retour imminent sera pacifique

Zelaya annonce la formation d'une armée de résistance pacifique

Zelaya rencontre une délégation américaine pour chercher une solution à la crise au Honduras





Les Etats Unis bougent un peu, ainsi ils ont révoqués les visas diplomatiques de plusieurs membres du gouvernement putschistes, dont celui de Micheletti, celui-ci n'est pas reconnu comme président , seul Manuel Zelaya est le président du Honduras a réitéré les EU.
Hier, l'ambassadeur des Etats unis au Honduras a rencontré Zelaya ce qui a provoqué la colère de Micheletti.

Grâce au courage et à la détermination de Zelaya et de son peuple qui ne désarment pas, du soutien actif des pays de l'Alba, de la position hunanime de l'ensemble de la communauté internationale, la peur tout doucement va changer de camp...

Marie
Par cuba si lorraine - Publié dans : Amérique Latine - Communauté : Cuba Si Lorraine

 

 

SOURCE : l'ordinateur ne veut pas m'afficher l'historique, voici donc le nom du blog où j'ai trouvé ces articles : Cuba Si Lorraines


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Reine Roro 04/08/2009 10:04

Les journalistes continuent leur travail de sappe http://reineroro.kazeo.com/AMERIQUE-LATINE/FRANCISCO-JARA-F-LON,a966174.html

Anne Wolff 04/08/2009 13:04


J'ai répondu sur ton blog
REINERORO


Serge adam 03/08/2009 18:04

Bravo pour les traductions. Je t'envois ce lien tu l'as peut-être http://www.radiomundial.com.ve/yvke/ il y a des articles qui peuvent servir et si tu peux en traduire, je serais très heureux.Bonne journée

Anne Wolff 03/08/2009 18:26


Les traductions je les ai trouvée toutes faites...j'aurais beaucoup de textes à traduire en ce qui concernent les attaques contre les pays de l'ALBA aussi mais j'ai trop de choses en tête en ce
moment et du mal à me concentrer. Je vais aller voir ton lien


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives