3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:38

Les cadavres des professeurs Roger Vallejo et  Martín Florencio Rivera Barrientos sont exposé au siège du collège des Professeurs du Collège de l’enseignement moyen dont ils faisaient partie. Vallejo a été assassiné d’une balle dans la tête lors de la féroce répression des manifestations jeudi passé. Après 3 jours de coma, le cerveau touché, il s’était éteint.

Martín Florencio Rivera Barrientos a été assassiné hier matin alors qu’il revenait de la veillée funéraire de son collègue. Il a été frappé de 27 coup de couteaux alors qu’il rentrait chez lui.

Des centaines de personnes sont venues apporter leur soutien aux proches des deux victimes de la répression, car il ne fait aucun doute pour aux que l’assassinat de Martín Florencio Rivera Barrientos est également attribuer aux dictateurs qui tentent de se maintenir au pouvoir et qui ont renoué avec de vieilles méthodes de sinistres mémoire.

J’essaye d’obtenir des informations précises, mais les chiffres varient. Les disparitions,  les enlèvements sont de nouveau de mise et il est très possible qu’il y ait d’autres victimes de cette ignoble répression de la lutte du peuple en résistance pacifique.

Chaque assassinat renforce la détermination du peuple hondurien de chasser du pouvoir les usurpateurs fascistes et leur dictature militaire. Car ne nous y trompons pas les dirigeants des forces armées ont le pouvoir dans le pays et ne manquent pas de s’en vanter : « De toutes façon, c’est nous qui commandons ici » disent les militaires aux manifestants.

S’il semble que certains groupes se préparent à la lutte armée, dans sa majorité les résistants poursuivent leurs actions de manière pacifique. Deux grandes marches sont prévues à travers le pays mercredi et jeudi cette semaine, l’une se dirigera vers Tegucigalpa et l’autre vers San Pedro Sula.

Zelaya continue a organiser la résistance depuis la frontière du Nicaragua et dément les rumeurs qui prétendent  qu’il organiserait des milices armées, il affirme avec force qu’il veut rentrer dans son pays et reprendre ses légitimes fonctions pacifiquement.

Si le rôle du département d’état US est de plus en plus dénoncé à travers la presse du sous-continent, ils semblent que trop nombreux sont ceux qui n’ont pas encore compris le rôle de Maître Valet du sinistre et belliciste Barack O. dont la campagne électorale fut un tissus de mensonges destiné à détourner la juste colère du peuple étasuniens qui manifestait un véritable désir de changement.

Tous heureusement ne s’y trompent pas. Le Venezuela et l’Equateur savent qu’ils sont les prochaines cibles de l’offensive impérialiste contre révolutionnaire. La réponse du Venezuela est l’organisation des milices populaires communales qui seront entraînées à la résistance armée afin de pouvoir défendre leur liberté. Cette pratique n’est pas nouvelles puisque j’ai pu voir que nombreux sont les citoyens vénézuéliens qui pratiquaient déjà un entraînement hebdomadaire, des gens de tous âges, des jeunes et des pensionnés, des femmes et des hommes.

Chavez, Morales, Correa, Zelaya sont assurément des présidents plébiscités par les pauvres, par les gens d’en-bas, et comme dans leur pays les pauvres sont de loin la majorité, ils sont des gouvernements démocratiquement élus avec de confortables majorité qui ne peuvent que croître au fur et à mesure que grâce à l’éducation permanente les classes jusque-là complètement déshéritées (privé des revenus des ressources de leur pays) prennent conscience de leurs droits, de leur forces et de la réelle amélioration de leur qualité de vie que leurs amènent ces gouvernements révolutionnaires tant matériellement que dans cette dignité que confère aux citoyens les processus de la démocratie participative.

Les mêmes qui ont gardé un silence total face à la répression sauvage dont est l’objet la presse nationale et internationale au Honduras montent sur leur grand chevaux parce que le gouvernement vénézuelien ne renouvelle pas la patente publique d’une chaîne de télévision dont il faut cependant rappeler qu’elle fut la principale artisane médiatique du coup d’état manqué de 2002, que jamais il n’y eu de répression pour des journalistes qui avaient pourtant volontairement et sciemment mené une action illégale et « anti-démocratique »  (je reste polie)

Rappelons que les organes de presse citoyennes fleurissent et se multiplient au Venezuela et que le gouvernement vient de renouveler les patentes de plus de 567 médias citoyens.  Rappelons qu’en France comme en Belgique, une offensive a été menée par le pouvoir pour couper court à la prolifération de tels médias. J’ai personnellement été témoins du processus en Belgique, au début des années 80 quand quelques licences ont été accordées à des médias »libres » commerciaux qui possédaient de gros émetteurs qui non seulement couvraient la voix des petites radios libres locales, mais ils allaient jusqu’à faire fonctionner leur émetteurs la nuit, pour brouiller de manière permanente la possibilité de se faire entendre de ces petites radios. Il aura fallu l’avènement d’Internet pour que des voix alors réduites au silence alors puissent à nouveau se faire entendre.

Je vais dorénavant autant que possible relayer la lutte de résistance du peuple hondurien mais tenter de vous informer sur les tentatives de déstabilisations globales qui prennent de plus en plus la forme d’une guerre déclarée aux peuples en marche dans les pays de Sud Amérique qu’ils vivent dans un pays en révolution socialiste ou dans des pays où leurs lutte sont durement réprimé comme c’est le cas pour les indigènes de Colombie, du Mexique, du Pérou, du Chili…qui eux aussi sont debout et en lutte pour conquérir leur droit à l’autodétermination. Car toutes ces luttes participent d’un même grand mouvement qui pose les bases d’une nouvelle civilisation possible et sont notre dernier rempart contre la dictature globale planétaire que l’oligarchie rêve de nous imposer  non sans avoir au préalable réduit drastiquement et ignoblement le nombre des habitants de notre belle planète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Sud Amérique
commenter cet article

commentaires

Patricia 04/08/2009 18:04

http://alternativesocialelibre.over-blog.com/nous avons mis en ligne un sondage en ligne sur la'afganistan participez

Anne Wolff 04/08/2009 18:19


Même réponse, je ne souscris à aucun texte, mouvement qui parle des victimes militaires occidentales sans parler du sort des population et de celui des résistants à l'envahissuer nos armées. Tout
cela soi-disant parce qu'une poignée d'étasunniens dont je me contrefiche sont morts dans un attentat fabriqué de toutes pièces. je me préoccuperai d'eux quand les gens ici se préoccuperont de la
souffrance des autres peuples dont nous sommes responsables (pas moi..je ne me suis jamais tue à ce sujet et je n'ai jamais consommé, je n'aime pas ça.)
Quant aux soldats, ils n'ont qu'à déserter...


Patricia 04/08/2009 17:58

http://alternativesocialelibre.over-blog.com/nous avons mis en ligne un sondage en ligne sur la'afganistan participez

Anne Wolff 04/08/2009 18:14


j'ai répondu assez hard sur ton blog mais je ne supporte plus de voir le nombre des soldats tués comme un grand drame sans qu'on ne parle aussi du sort des populations concernées.
L'OTAn est une armée agressive, s'engager est un chois idéologique que je ne peux que désapprouver.


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives