17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 07:52



Vendredi 17 juillet 2009




19 heure
Il semble que les voies démocratique restent ouvertas, maisZelaya rentre au Honduras ou il pourrait prendre la tête d'un contrecoup d'état si la communauté internationale et particulièrement le département d'état US dont on connait la participation au coup d'état militaire, ne prennent pas les mesures necessaires pour que les usurpateurs rendent les armes.



La répression est forte, les élimination ciblée, les arrestations, les coups et blessures, bref tout ce qui fait que ce coup d'état à très clairement le caractère d'une dictature militarisée donne au peuple le droit d'appliquer les articles 2 et 3 dela constitution qui kui donne le devoir d'insurrection dans de telles circonstances. En lisant entre les lignes, on peut supposer que la résistance pacifique se double à présent d'une résistance armée, qui contribuera au processus de restitution du président légitime si cela s'avère nécessaires.



La grande fête des 200 ans du mouvement de l'indépendance de la Bolivie marque un tournant dans le processus. il est clair que ce coup d'état aurait du être le premier d'une série qui aurait visé à détruire la construction de ce nouveau socialisme centraméricain. Les ambasadeurs que les Etats-Unis ont envoyé dans les différents pays visé sont tous un solide curriculum en matière de coup d'états et de déstabilisation.



Les signes inquiétants se multiplient qui vont en ce sens et les pays du Sud ne sont pas près à revivre la barbarie qui a sévit au siècle passé. Le mouvement pour l'indépendance et le droit à l'autodétermination a passé hier un seuil qui est un seuil de non retour, un seuil vers le pouvoir des peuples qui ne toléreront plus le retour l'esclavage que leur a imposé l'empire. Une nouvelle civilisation est en gestation et prête à défendre son projet d'un monde plus juste, plus solidaire, un monde où les richesse seront partagées et non accaparées.



Traduction en direct des dernières nouvelles donnée par Chavez de La Paz ; on ne sait si Zelaya va revenir publiquement et clandestinement, sa vie sera en danger et s'il ne survit pas, il demande aux autres présidents amis de contribuer à perpétuer le démocratisation de son pays et l'amélioration de la qualité de vie du petit peuple.



Il sera important aussi de poursuivre l'éradication des narcotrafiquants, ce fléau.
Il stigmatise l'action des mercenaires putschiste et fait appel à ceux qui sont au service du peuple de le montrer pour éviter que cela dégénère en guerre civile. "Maudits soient les militaires qui retournent leurs armes contre le peuples".
Chavez rappelle qu'il est chrétien et que le Christ était du côté des pauvres, il a rappelé auparavant qu'il est un soldat. Chavez soldat du Christ premier à prôner un socialisme primitif ? C'est une vision intéressante.





17 heure



Depuis la Bolivie, Chavez nous annonce à l'instant que le retour de Zelaya dans son pays est une question d'heure. Il semble que ce retrour se fera par voie de terre. Rappelons que les principales routes du pays sont paralysée par le peuple insurgé. Il n'en dira pas plus ce qui est logique, bon il ne va pas vendre la mèche. Et il rappelle que ce sera avec le soutien de l'Amérique Latine solidaire.



Je suis, non, je ne suis pas vraiment surprise de voir que cette grande manifestation fondatrice de la nouvelle civilisation, les fêtes de l'indépendance en Bolivie qui ont vu la création d'un nouveau paradigme de solidarité au Sud selon les participants, un évènement majeur, n'est pas relayé. Incroyable,...il se passe dans cette région des évènements d'une importance capitale dans l'histoire de la résistance à l'impérialisme, au capitalisme...et silence.



La naissance d'une nouvelle forme de démocratie participative, et la détermination, la dignité, la maturité des formes de résistances pacifiques du peuples, sa capacité d'organisation tant contre le coup détat de 2002 au Vénézuela, qu'à présent au Honduras montre que ce n'est pas du vent...nous voyonas des peuples conscients et déterminés qui malgré les obstacles lis à l'information résistent de manière intelligente et coordonnées.  Chapeaux bas aussi pour ces peuples ! ! !
Vous trouverez chez Serge de nouveaux articles intéressants
SERGE ADAM



15 heure



Rien en ce moment qui concerne le retour de Zelaya au pays.
Micheletti se dit prêt à renoncer à la présidence à condition que Zelaya ne rentre pas dans ses fonctions et encore des tergiversations innaceptables du département d'état US. Je n'entre pas dans les détails. J'avoue que je ne comprends pas très bien si ce silence quand au retour de Zelaya est stratégique ou signifie un nouveau recul ? Je trouve cela plutôt démobilisateur.


D'autant qu'il est fort difficile pour le peuples du Honduras de savoir ce qui se passe, idem pour se mobiliser., les coordination des mouvments de heurtent à de grosses difficultés.  L'armée qui a le droit d'entrer dans les domiciles et ne s'en prive pas confisque les ordinateurs pour interdire l'accès à internet aux rares qui en dispose. Il y a eu des coupures de courant au moment du coup d'état qui a été  entièrement passé sous silence par les médias officiels, les seuls ou presque dans le pays.
















Très difficile aussi pour les mêmes raisons de mesurer l'intensité et l'étendue de la répression. Il semble que de mauvaises surprises nous attendent en la matière quand nous aurons les moyens de faire le bilan. Des informations parcellaires nous parviennent et elles ne sont pas rassurantes.


Une bonne nouvelle cependant, le candidat de la gauche aux élections présidentielles, César Ham qui avait du fuir le pays à cause des menaces et d'un ordre de capture lancé contrre lui par les dictateurs est rentré au pays et se mêle aux manifestations.


Dès que j'en serai plus au sujet de ce retour annoncé de et par Zelaya, je vous tiendrai au courant.



 Damiel Ortega parle de provocation vis-à-vis de son pays et annonce qu'il ne tombera pas dans le piège.

Un lien vers une interview traduite d'un journaliste du Honduras qui soutient le mouvement social et qui continue à travailler dans le pays, un témoignage très intéressant en version originale et traduction française par l'auteur du blog Jean Dornac. Il y a deux liens donné sur ce blogs de sites honduriens qui ne semblent plus accessibles. Pourqui, ont-ils vu eux aussi leur matériel saisi par l'armée ? Le journaliste interviwée lui se demande si la disparition rapide du quotidien  pour lequel il travaille, dès son dépot des kiosque, ne vient pas d'un rachat massif pour éviter sa difusion.   Humeurs de Jean Dornac: Interview avec à un journaliste hondurien




9 heure

Nous entrons dans une nouvelle phase du coup d'état militaire au Honduras, j'entame donc une nouvelle série de brèves actualisées. Je ne vous promets ni exhaustivité, ni régularité car j'ai atteint un état de somnanbulisme avancé, mais puis-je faire moins que ce peuple magnifique, conscient et déterminé qui entame son 20ème jour de résistance ? Hier résistance massive, manifestation partout dans le pays et de la musique, de la joie, de la danse face à une armée dont les plus anciens furent les bourreaux, les tortionnaires, les assassins de ce pays dans les années 80.



Je commence par vous envoyez sur le blog de Reineroro REINERORO , de nouveaux articles mais surtout une très belle vidéo montre la beauté; le force et la joie aussi qui traverse cet incroyable mouvement de résistance, c'est magique...



Hier une fête immense à réunis des gens venus de tous le sud de l'Amérique et les présidents de leur nation pour fêter el Grito de la Indepencia en Bolivie, 200 ans depuis le début du mouvement d'indépendance dans ce pays. L'ambiance était jubilatoire, les présidents souriants ont annoncés dans une conférence que le mouvement pour l'indépendance continuerait et que Zelaya rentrerait au Honduras au cours des prochaines 24 heures, son retour est donc imminent. Le cri de la libération a résonner hier haut fort digne, joyeux et déterminé à La Paz hier.



Un seuil a été franchi dans le processus de solidarité entre les peuples du Sud au cours des derniers jours, une nouvelle détermination se lit sur les visages. Zelaya reste un peu mou à mon gré mais la ministre des affaires étrangères Patricia Rodas reste parfaitement à la hauteur de la lourde tâche qui pèse sur ses épaules, puisque rappeleons-le, c'est à elle qu'a incombé le pénible travail de mener les négociations de Costa-Rica pour déterminer les modalités d'évacuation des usurpateurs. Je l'ai senti trembler pour le peuple du Honduras, je l'ai vue manifestement épuisée se régénerer pour entamer un nouveau round : profondément humaine, intelligente et dotée d'une détermination sans failles. Chapeaux bas pour cette femme admirable.




Quelques extraits du discours de Chavez hier à La Paz, j’ai pu entendre des extraits de ceux de Morales et Correa qui montre qu’au Sud existe une commune vision, une commune détermination.

 


 


« Nous coupons les chaînes de la main bestiale de l’empire yankee »

 « La lutte pour l’indépendance n’est pas terminée en Amérique latine »

« Nous faisons appel à la conscience, à l’humilité, un appel pour la paix, la liberté, l’indépendance, la dignité »

« Zelaya va rentrer dans son pays et il ne restera à Micheletti que le chemin des poubelles de l’histoire »

 


« Le changement est en marche et il n’y aura pas de retour en arrière. L’ère des gorille est terminée, nous sommes à l’heure des Peuples. »

Il affirme  également qu’il n’y a pas le moindre doute quand au fait que les golpistas (auteurs de coup d’états) de cette nation centraméricaine ne font pas un pas sans l’approbation des militaires de la base US de ce pays. Et il pense qu’Obama est entre le marteau et l’enclume car tout à été mené à son insu.  Il ajoute que le Honduras pourrait plonger dans la guerre civile à cause de la persistance des golpistas, qui rappelons-le ont été condamnés par la totalité des nations du monde, alors que personne ne peut ignorer que l’armée hondurienne ne fait pas un pas sans le feu vert du Pantagone. Il lance un nouvel appel à la communauté internationale afin qu’elle accorde ses actes avec ses paroles et soutienne de manière affective la lutte du peuple hondurien et annonce que Zelaya préfère affronter le risque de mourir dans son pays plutôt que de vivre en exil.

Il termine en présentant ce 200ème anniversaire comme le lieu  adéquat pour réaliser définitivement et pour toujours l’indépendance de l’Amérique latine.

 


(à suivre...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Sud Amérique
commenter cet article

commentaires

Serge Adam 19/07/2009 22:07

Tu as raison, tout un boulot, mais ça occupe.
J'ai trouvé des textes intéressants sur la gauche. J'en ai publié un aujourd'hui avec des liens sur d’autres textes et après une lecture rapide, je me suis trouvé des gens qui pensent un peu comme moi...ça fait du bien au moral. Il est pratiquement 16 heures chez moi alors bonne fin de soirée
À la prochaine.

Serge Adam 19/07/2009 03:46

Présentement je réfléchis sur la position à tenir sur l'Iran et je me questionne sur la question palestinienne. Tout un travail et j'avoue que je perçois mes limites. Mais la recherche est intéressante... et demande beaucoup de lecture. Alors, je m'occupe et ça, c'est sans compter l'Amérique latine ou il se passe des changements significatifs... Alors, la tâche est lourde et le repos est nécessaire...
Je te laisse... j'ai encore quelques lectures à faire avant d’aller au lit.
À la prochaine

Anne Wolff 19/07/2009 12:06


L'Iran, la Palestine...un boulot de fou pour comprendre les méandres de la situation intérieure. Qui représente quoi à l'intérieur du pays ? Alors j'adopte le principe de la boite noire en science,
je me borne à regarder ce qui est amené de l'extérieur, les manipulations médiatiques en ce qui concernent l'Iran, et ma part de sang juif s'offusque en voyant comment agissent les Isaraëliens qui
sont finalement si peu juifs...ma grand-mère dont le père était juif et en est mort m'a élevée dans l'idée du "Plus jamais cela"..je continue dans un petit texte de questionnement à ce
sujet...comme je suis de nature optimiste j'ai choisi d'approfondir un sujet qui me donne de l'espoir pour le monde à venir : la nouvelle civilisation qui germe en amérique latine...


Serge Adam 18/07/2009 14:42

Je comprends ton point de vue concernant la gauche dans les pays occidentaux. Je trouve que la gauche n'a que le titre, moi aussi je suis déçu de voir les différents groupes se qualifiant de gauches tomber dans le panneau des courants dirigés en sous-main par les intérêts impérialistes. Le cas de l'Iran est typique. Les pays occidentaux font face à une diminution de la réserve en pétrole et les multinationales du pétrole utilisent les contradictions internes de l'Iran pour faire la propagande sur la démocratie dans le but de s'approprier les ressources de ce pays pour refaire leur réserve. Je reviendrai sur le sujet, car je réfléchis sur mon point de vue.
À la prochaine.

Anne Wolff 18/07/2009 19:38


Moi aussi je réfléchis beaucoup en ce moment et évalue par l'enquête et la critique les raisons que j'ai de croire que cette gauche latino pourrait servir de germe à la reconstruction d'une gauche
occidentale...j'ai écrit un texte à ce sujet plus tôt dans la journée, écrire est pour moi une manière de me confronter à mes pensées, essayer d'en tirer l'essentiel. Je parle aussi des difficultés
que j'épprouve pour faire une synthèse transmissible, mais cela viendra. J'ai parfois du mal à traduire au vol des discours en espagnol plein de (bon) sens et dont le contenu devrait être connu des
francophones.


Serge Adam 17/07/2009 20:56

Merci pour tes commentaires intéressants. C'est vrai que prendre un repos ne fait pas de tort. Il y a tellement d'information a glané ici et la que ça prend un temps fou a vouloir tout synthétiser... alors, une bonne bouffée d’air régénère l’esprit qui en a tant de besoins par les temps qui courent
Il est 15 heures chez moi, et je vais allé avec mon bébé le faire baigner dans sa petite piscine, car il fait 26 degrés centi... et c’est humide et comme on nous annonce des orages pour la soirée j'aurai plus de temps pour la lecture, malgré que je dois me coucher tôt, car bébé se lève a 5 heures le matin... C'est la vie.
Repose-toi et à bientôt.

Anne Wolff 18/07/2009 13:02


Je prends du repos pendant quelques jours. Je continue à suivre ce qui se passe en Sud Amérique mais j'ai atteint un point limite de fatigue. Je suis triste aussi de voir comment la désinformation
foonctionne pour transformer la révolution bolivarienne en son contraire, il y a là un pôle pour la reconstruction d'un internationalisme. Je regarde l'Occident et non je ne suis pas de gauche, car
plus aucun parti, aucun groupe ne mérite ce nom. Mais si de gauche comme là-bas, je signe...et il aura fallu trente ans de recherches après mes déceptions militantes d'adolescence pour que je
trouve un mouvement auquel je sois prête à me rallier, parce qu'il se base sur une série de principes qui rejoignent les miens, principes de base de respect, dignité, partage, laissant la liberté
dans les manières de les appliquer...
Je vais tout de même essayer de relayer un peu ce qui se passe là-bas et dormir...


Serge Adam 17/07/2009 19:40

J'ai pris connaissance de ton article, il est 13 heures chez moi, je vais prendre le temps de regarder tes liens et ce soir je vais lire plus en profondeur.
Le bébé exige un peu plus de temps aujourd'hui.
À la prochaine.

Anne Wolff 17/07/2009 20:00


Et oui les bébés ont besoin d'attention et chance de pouvoir leur en donner, je suis toujours triste quand je pense à ces petits enfants qui passent lus de temps avec des mercenaires pas toujours
attentionnés que dans le milieu familial.
Et je suis désolée d'être aussi fatiguée, j'ai du mal à synthétiser ce que que je découvre, mais c'est vraiment très, très fort et plein d'espoir ce qui se passe en moment en Sud Amérique. En plus
j'aimerais parler un peu mieux du bicentenaire en Bolivie, de ce socialisme bolivarien porteurs de ces valeurs humaines qui me sont chères, etc...etc...
J'en vois assez pour me faire une bonne idée mais trop pour pouvoir tout synthétiser.
c'est bien de mettre l'accent sur le rôle de la CIA dans les coups d'états au Sud, c'est indispensable pour comprendre ce qui ce joue en ce moment.
J'ai fait une recherche de photos sur le Honduras et je me sens attirée par ce pays magnifique où les gens misérables ont des beaux sourires et de la joie communicative. La vidéo de Reineroro est
celle qui rend le miux cette ambiance.
Moi je vais arrêter là et aller prendre l'air, je ne sais pas si j'ai trop envie de parler ce soir...je commence à avoir besoin d'un peu de distance méditative aussi.
Passe un bon moment avec ton bébé, il faut savourer ces instants...


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives