16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 12:49




Ben les amis, menant une intense vie de bancs publics la nuit, je ne suis pas très en forme pour vous informer pendant la journée. Je viens de faire un petit tour de blogs dont je reviens avec une moisson d’info dont certaines me surprennent : il paraît que l’armée de mon pays s’est mobilisée hier pour nous distribuer des masques. Sans un article sur le blog d’Eva je n’en aurais même pas entendu parler…Fantôme de la grippe…ce qui est intéressant dans ce texte c’est l’annonce qu’un travailleur sur 4 devrait être touché, je suggère donc à mes cohabitants de ce pays d’arrêter de travailler, c’est vrai, non, c’est dangereux ces lieux fermés où circulent les microbes…faites comme nous, venez nous rejoindre sur les bancs et amenez vos guitares et vos percussions….il parait que la joie augmente la résistance aux maladies.




J’apprends aussi qu’Obama annonce à l’Afrique des épreuves au nom d’un futur meilleur…comme je l’écrivais récemment, aux habitants des USA, il annonçait du sang et des larmes pour construire ce futur…et il me semble me rappeler que dans les années 70, on nous demandait de faire des sacrifices pour construire cette société de loisirs et d’abondance promise pour l’an 2000. De qui se moque-t-on ? Mais de nous mes amis, de nous…


 


Cette stratégie devrait avoir fait long feu maintenant, la douleur maintenant pour un imaginaire bonheur plus tard…franchement, il serait temps de leur tourner le dos à ces malades de les laisser avec leur crash économique généralisé et de nous remonter les manches pour le construire ce monde où vivre le bonheur dès aujourd’hui pour vivre encore plus de bonheur demain…parce les moyens déterminent la fin, qu’ils en sont constitutifs et que ce n’est pas avec des sacrifices, mais en vivant pleinement dès aujourd’hui que nous pourrons fonder un monde meilleur.



 

 

 


Quoi ? Vous avez peur de quitter les protections que vous donnent les barrières de la dérive sécuritaire, cette prison géante à l’échelle de la société ? Je peux comprendre depuis le temps qu’on vous l’enfonce dans le crâne par tous les moyens sophistiqués du conditionnement des masses que c’est dangereux « dehors ». Là, en matière de conditionnement psychologique et de créations d’inconscients collectifs hyper conditionnés, ils ont mis le paquets les oligarques…c’est même le seul domaine où ils ont atteints un peu de sophistication car pour le reste…minable, non le monde qu’ils nous font là ces dégénérés du ciboulot qui font tout pour mettre un frein à l’évolution, vous savez ce phénomène naturel qui fait que le mouvement de la vie est la constante invention de formes nouvelles toujours plus sophistiquées.

 


 


Parce que si on y regarde de plus près, c’est cela le « système », un frein à l’évolution, un mouvement de régression vers la barbarie, là où les peuples se lèvent pour construire un monde de fraternité, de partage, de bonne cohabitation, les oligarques eux s’acharnent à semer le terreur, le bordel, la zizanie, la guerre de tous contre tous. Ils n’ont pas évolué, ils restent accrochés à leur valeurs dépassées qu’ils ne peuvent plus imposer que par la force et le contrôle, la répression…la violence, car ils ne convainquent plus grand monde avec leur modèle pourri de monde de consommation à outrance, de moins en moins accessible, un horizon illusoire aui toujours se dérobe… Qui y croit encore ? Plus grand monde….vous devriez l’avoir compris à présent que ces sacrifices qui vous ont été demandés n’avaient d’autre but que de rendre les riches plus riches et les pauvres…ben les pauvres il va falloir s’en débarrasser, ils font tache dans le paysage lifté de l’univers carcéral qui est le nôtre.

 


 


Heureusement, il y a un vivier de sensibilité, de créativité, d’intelligence populaire qui ne demande qu’à s’exprimer. Quand je vous raconte des épisodes de mon histoire, ce n’est par nombrilisme, par égotisme, je me serais bien passé d’en parler comme cela, publiquement, mais comme je ne peux m’exprimer qu’en mon nom propre, à partir de ma propre expérience, que je ne suis mandatée par personne pour jouer les porte-parole, il faut bien que je vous parle un peu de moi de temps à autres pour essayer de vous faire comprendre qui nous sommes nous les exclus par excès de talent créatif, excès d’indomptable vitalité, excès de sensibilité…nous les objecteurs, les irréductibles, les insoumis qui ont été écartés simplement parce que ne pouvant jouer les rouages fonctionnels de cette machine de mort qu’est le système, nous n’y avions pas notre place.


 


 

 

 

 

Je ne vous parle pas de ceux qui pleurent pour qu’on leur fasse une petite place dans la grande machine à consommer, je parle de ceux qui gardent un regard lucide, même au fin fond de nuit où nous atteignons les rives de grands délires, nous ne voulons pas de ce monde pourri, nous n’avons que faire de vos produits de merde à la déglingue programmée pour qu’il faille en racheter d’autres pour la bonne santé de l’économie…c’est débile leur truc. Débile, faible d’esprit, faible d’intelligence, faible d’imagination…et la vie par procuration, avec les grands mythes people et compagnie qu’on vous fait miroiter…avec ces artistes multimillionnaires qui sont aussi bourrés de tranquillisants qu’ils le sont de fric : cela stresse incarner un mythe, vivre en perpétuelle représentation pour ne pas décevoir ses fans, verticalité de la scène et entre eux et le public, les flics patrouillent avec leurs chiens.


 

 



Je vais vous raconter une petite anecdote, une petite aventure de ces derniers jours…je rentrais dormir quand je suis tombée sur un mien ami accompagné de 2 copains à lui, l’un des deux nous a invité à terminé la soirée chez lui, dans son bel appartement. Cela c’est clair, on en a plus beaucoup des potes qui vivent dans des beaux appartements avec quelques œuvres d’art de valeur disposée ici et là. J’ai passé une bonne fin de nuit même si je sentais de la part de ce propriétaire, une forme de malaise à recevoir chez lui des gens qui n’ont rien…et je le rencontre deux jours plus tard, et mon ami aussi et il part dans un délire agressif…nous lui avons volé son GSM…mais c’est ça mon gars, où tu cours là…un peu déçue car cela gâche un peu ce souvenir d’une bonne soirée tranquille…Après j’avais envie de lui dire à ce gars qui est mal d’être riche au milieu des pauvres…donne ce que tu as, débarrasse-toi de ce fardeau qui fait que toujours tu crois qu’on te fréquente par intérêt, deviens-toi aussi un pauvre comme cela tu sauras que ceux qui te fréquentent le font par amitié, juste parce que tu leur es sympathique, sans arrières pensées …juste un d’entre nous, un compagnon parmi les autres…ni plus, ni moins que les autres.

 


 


 


Après il est tombé sur le dos d’un autre copain qui a aussi son appartement à lui, (mais qui n’en fait pas un plat) qui l’avait invité plus tôt dans la soirée…c’est chez lui qu’on lui avait piqué son G…parano quand tu nous tiens…juste pour dire quand on a rien matériellement on a le plaisir de se dire que les autres ne peuvent vous aimer que pour vous-même et c’est bien agréable.

 


 

 

 

 






















Je les aime bien mes petits copains de la rue dont la dégaine de certains, j’en suis sûre,  doit faire peur aux « brave gens » et qui pourtant gagnent à être connus. Et pas mal d’entre eux sont passé à un moment par la case prison…et ils ont compris le délire et non, je n’y retournerai pas…Ils ont compris ce que j’ai toujours su, que ce que tu te procures en prenant le risque de te trouver en tôle est de peu de valeur à côté de la liberté. Je l’avoue, je trouve fort peu condamnable de voler dans les grandes surfaces qui nous volent en permanence mais je ne l’ai pas fait car je n’en voyais pas l’intérêt. Si je l’ai fait une fois, juste pour être certaine que je n’étais pas arrêtée par la peur,  j’ai volé un pull même pas beau, juste pour pouvoir me dire si je ne le fais pas ce n’est pas parce que je n’ai pas le culot de le faire, mais vraiment parce que cela ne m’intéresse pas. Mais jamais je n’aurais donné de justification à un petit inspecteur de merde de me mettre la main sur l’épaule avec le droit de l’autorité de me dire « Suivez-moi »

 

 

 

 


Par contre je trouve assez intéressant ce que m’ont raconté deux ou trois personnes : quand elles ont faim, elles vont se faire leur tartine dans le magasin, tranquilles, elles se servent de pain ou de sandwiches, choisissent ce qu’elles vont mettre dessus et ce font leur pique-nique qu’elles consomment sur place…sous les yeux bienveillants des clients, il faut le préciser…le monde est bien meilleur qu’on ne le raconte, il est plein de braves gens tolérants, simples, ouverts, gentils…et qui n’ont jamais cru les mensonges du système. Ils font de leur mieux pour survivre dans le chaos qui se généralise et s’ils ne disent pas grand-chose, ils n’en pensent pas moins et souvent avec une grande lucidité…vous savez, non ?


 



Tous ces gens qui le 11 septembre 2001 n’ont pas eu besoin de grandes enquêtes pour dire qu’il y avait là une grosse arnaque qu’on voulait leur faire gober. J’ai vraiment été étonnée de voir qu’il y avait une polémique à ce sujet car pour tous les gens de mon entourage, c’était une évidence : voilà un évènement fabriqué pour servir les stratégies géopolitiques des faucons (et vrais cons) de Washington.

Voilà pour le moment, vous aurez droit à ce genre de petits textes d’humeur car je n’ai pas l’énergie pour passer les nuits dehors à subvertir le bon peuple et passer la journée à investiguer l’actualité….Pour le moment je donne priorité aux aventures de la rue, aux fertiles aventures de la nuit

 



Anne

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

... 16/07/2009 16:51

Ça m'amuserait bien moi aussi de manger dans les magasins à l'oeuil. Avec un peu de très bon champagne! :)
Il y a des gens bienveillants mais aussi des petits esprits:
Hier, j'ai offert des abricots, tomates cerises et un cake à un homme qui avait sa pancarte "Besoin de manger" devant un discount. Derrière moi un client sort et me dit d'un air goguenard "C'est un malin celui-là". Et bien moi, je m'en fiche que ce soit un malin ou pas. Il me semble que lorsqu'on a suffisamment d'argent on n'a pas envie de faire la manche.
D'ailleurs, cet homme (un roumain peut-être), le temps que j'aille remettre mon chariot se régalait avec les abricots et me dit que c'est la première fois qu'il en mangeait cette année. Régulièrement les gens qui s'installent devant ce magasin se vont virer, mais comme les chômeurs, c'est la queue de plus en plus longue au portillon.

J'aime bien les coqs à l'âne. C'est vivant.
Bonne soirée sur les bancs publics!

Anne Wolff 16/07/2009 17:03


Les petits esprits sont fatiguants parfois...et ils arrivent encore à m'énerver de temps en temps comme peut énerver une mouche qui s'obstinne à bourdonner dans votre oreille, mais de plus en plus,
je ne les vois plus. C'est intéressant, ici il y a beaucoup de personnes éveillées, et cela se lit dans la présence de leur regard, on se croise, on se sourit, on se dit bonjour...sur les bancs on
entame des conversations, on partage nos visions du monde...parfois on se met à chercher des solutions communes...
C'est bien ce que tu as fait, je crois vraiment à l'importance de petits gestes...trop peu de gens encore le font, mais je sens qu'il y a quelque chose qui bouge dans certaines consciences...et
j'ai beaucoup d'espoir car j'ai une grande confiance en la sagesse des gens simples


eirual 16/07/2009 16:40

Merci pour tout le travail que vous fournissez pour nous tenir informé.
J'ai beaucoup apprécié ce texte ci dessus.
Dans mon entourage les gens sont trop matérialistes.c'est désespérant.

Anne Wolff 16/07/2009 16:50


Faire ce travail me fait du bien...je crois qu'un changement réel ne peut venir que d'une multiplication d'actions modestes faites par des personnes déterminées à ne pas se laisser faire qui
cherche leur propre chemins, la leçon que j'ai tirée d'années de recherches dans la solitude, c'est que de tels chemins convergent et finissent par se rencontrer
Le matérialisme a effectivement quelque chose de désespérant parce que franchement je trouve qu'il n'a pas l'air d'apporter le bonheur


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives