14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 11:30



Pourquoi pas une grande marche pacifique du retour pour Zelaya, qu'il rentre à pied dans son pays.

On tourne en rond là, cela permettrait de sortir du cercle vicieux, le peuple hondurien va se faire massacrer.
Pourquoi tous les notables de l'Occident, politiciens, artistes, intellectuels de renom, qui le soutiennent, qui se prétendent en lutte contre la dictature qui vient, ne se rejoignent pas, par exemple au Nicaragua pour accompagner Zelaya dans son retour ? Pour lui faire un rempart de leur corps ? Une belle occasion de montrer leur courage.
Ce serait une belle manière de régler le problème, non ?
Les putchistes pourraient-ils se permettre d'assassiner, d'arrêter les notables de l'Occident, venu soutenir le légitime président ?




Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives