23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 16:09

Voici les deux derniers articles publié par Sylvie Barbesse sur son site, pour vous donnez l'envie d'aller vous promener sur ce site magique. Beauté des images qui nous disent la réalité d'un monde menacé. Et des paroles qui tranchent dans le vif de la bétise humaine ou au contraire réchauffent le coeur par leur incérité abrupte et leur justesse. C'est selon...

YURTAO, la voie de la yourte.

11 juin 2009


Quand je vous parle,

HPIM2351

vous que je ne connais pas,

je m'adresse à ce quelque chose de loin

qui est en arrière de chacun,

d'où résonne sur les artères de l'esprit,

ce plus profond que soi qui,

comme racines de fougères ou bambous,

mène une vie obscure, nourricière et vitale.

P1040386

Somme de palpitations collectives en sourdine,

HPIM4495

vos échos ont trouvé en moi une ancre sous marine,

HPIM4496

cet espoir commun de vivre enfin les rêves de demain.

P1040508

Ces mots qui ricochent sur les ondes me reviennent

P1040470

habités de vos regards en miroirs

et de vos suppléments d'âme,

par vous de l'autre coté de la rive,

qui ramassez la bouteille jetée sur le flux,

je mesure la puissance du fleuve

et le bois qu'il me faut.

HPIM2528

Le bois qu'il nous faut

pour construire la passerelle ou la barque

entre la voie de la yourte et les chemins de résistance

où marchent tant d'existences légitimes

P1040573

chercheuses d'issues.

HPIM5632

Le bois qu'il nous faut pour le pont ou le radeau

qui nous portera sur l'île de simplicité et de vérité

HPIM6785

que les paquebots ne cartographient jamais,

en la nommant pourtant « utopie » si ce n'est « folie ».

P1040301

Utopie ou folie qui motive cette lutte que je mène

depuis si  longtemps pour être humaine,

d'abord le devenir, puis le rester,

résister pour tenir dans la tempête,

être plus que cette femme luttant contre le vertige,

qui se tient  au somment de la vague,

à ne jamais savoir laquelle l'emportera,

laquelle la déposera sur le rivage.


ions_n_gatis

Des paroles de combat souvent,

à cause de cette  lutte héréditaire

pour sortir des choses installées, cassées,

qui empêchent les mutantes de vivre

calmement en avant de leur temps.

P1040408


Posté par barbesse à 10:31 - le TAO de la yourte -


Parole du fond d'une yourte

Parole d' « illuminée toute nue du fond de sa yourte. »***(VC)*

pearl10_talisman

La prédation de terres s'est aggravée depuis la crise alimentaire en Afrique.

Mais ce ne ne sont pas les Africains qui se ruent pour achèter leurs terres et pratiquer une agriculture de subsistance, que non! On leur pique sous le nez soi disant consentant les derniers carrés agricoles de leur continent.

L'achat et la confiscation de terres en Afrique par les investisseurs des pays riches,  pour spéculer sur la raréfaction des ressources alimentaires, atteint le niveau quantitatif des terres arables françaises!

La justification basique des riches, à laquelle le colonialisme nous a aveuglement formaté, est de déclarer que les pauvres sont ravis d'attirer des capitaux, ravis d'obtenir de la monnaie de singe contre leurs derniers arpents, ravis de s'intégrer à   notre économie de marché et de participer solidairement au remboursement d'une dette chronique incommensurable.

Ceux qui osent murmurer qu'il s'agit encore d'une escroquerie abominable ne peuvent être que des foutus Objecteurs de Croissance, en particulier cevenols, de ces « illuminés touts nus dans leur yourte au fond de la forêt »***(VC)*.

En effet, tout le monde sait qu'un type qui n'a rien pense plutôt à rembourser ses dettes qu'à planter des patates au fond de son jardin.

Après avoir volé tout ce qui se trouve sur et dessous les terres d'Afrique, le plus simple et le plus direct, c'est effectivement de s'approprier carrément toutes les terres! Ce n'est pas faute d'y avoir pensé avant, c'est seulement qu'il manquait un alibi définitif approuvé en toute bonne conscience par les « opinions ».

Comme c'est pas très joli joli de piquer une terre à quelqu'un qui y est né et qui a faim, on fait appel aux alibis que la crise du capitalisme fournit désormais à profusion: l'emploi et le développement durable (DD), la protection sociale et celle de l'environnement.

Puisque les Africains ne s'occupent pas de façon « responsable » de leurs terres, on les leur prend en y déléguant nos experts en fibre DD: on bio-rentabilise, on fait des eco- profits juteux et pas des palabres, on va produire en douce des kilomètres carrés d'huile de palme OGM pour les Chinois, sur lesquels balancer les stocks d'insecticides et pesticides interdits en Occident et, le top du top en mansuétude et charité, on leur fournit du travail comme salariés agricoles sur les terres qu'on leur a confisqué!

On estampille alors « commerce équitable » sur les boites d'emballage  avec la photo d'un ouvrier noir hilare et le tour est joué.

Mais le top du top du top pour étouffer toute velléité de pensée critique de la part de quelques mauvais esprits issus d'enfants gâtés illuminés qui n'ont que ça à penser « au fond de leur yourte tous nus dans la forêt »*** (VC)*, c'est de faire travailler les Africains sur des produits en pleine expansion: des valeurs sûres, la croissance verte et durable!

Heureusement, une solution verte exquise vient de germer: les croquettes vertes sans colorants grâce à l'ajout d'ortie, fourrées à l'ail(contre les parasites) et aux algues marines (pour la flore intestinale) des 8 millions de chiens et 10 millions de chats qu'entretiennent les français pour sauver la planète de la solitude!

Si on rajoute le marché des 45 millions autres animaux domestiques des Francais, il y a de quoi faire bio-travailler tout le continent noir. Au dépend toujours des millions d'espèces qui sont pas descendues dans la rue protester contre leur extermination.

Donc résumons: quand je sors « toute nue de ma yourte du fond des bois »*** (VC)* et que je me rends taper sur mon clavier dans mon atelier des élucubrations illuminées sur mon blog, quand j'entends la voisine du dessus qui fait pleuvoir des croquettes sur le trottoir trois fois par jour à une quinzaine de chats dégénérés pour qui la manne tombe du ciel, j'ai tort de râler.

En effet, non seulement ma voisine s'occupe toute seule comme une grande de sa solitude mais en plus, elle fait travailler des tas d'équipes de chômeurs. Tant pis si le trottoir est devenu impraticable, le terrain de boules voisin une litière monstre à ciel ouvert, et la nappe phréatique irrécupérablement polluée, ma voisine est bien plus « solidaire » que moi, c'est une vaillante pourvoyeuse d'emplois.

Quand aux humanitaires socialo capitalistes qui se culpabilisent en pensant que les africains pourraient un jour se venger en débarquant chez nous pour manger nos animaux domestiques, qui cherchent frénétiquement d'autres bio-tâches propres à susciter une coopération « renouvelable » et « durable » avec un « contrat de confiance » à la « traçabilité » garantie, je crois pouvoir sans me tromper les rassurer pleinement : tant que les gueux triment et consomment, c'est comme les chats et les chiens, s'ils n'ont pas faim, on les tient.

Donc on a encore largement le temps de faire voter à l'assemblée nationale des bonus conséquents et des exonérations d'impôts alléchantes pour les braves qui s'enrôleront avec leurs chiens bio-méchants dans la garde verte des frontières douces à barbelés « renouvelables et durables ». Et de faire élargir encore l'application de la loi anti-terroriste à tous ceux qui n'aiment pas les chiens et les chats.

Parole d'une « illuminée toute nue dans sa yourte au fond des bois »*** (VC)*.

syreggl

***Expression issue du canard de la décroissance  article_du_journal_de_la_d_croisssance_Mai_09

qui laisse ses journalistes jeter les bébés avec l'eau du bain et faire croire que la joie de vivre se propage en démolissant les autres. Le seul canard pourtant en bonne position  pour  tenter au minimum  la cohérence maximum: l'édition courageuse de pages blanches.

 

*VC: journaliste exécrant les télés et les reportages sur la décroissance qui ne parlent pas de lui, ne supportant pas que des « illuminés tous nus sous leur yourte au fond des bois »*** lui volent un quart d'heure de crachoir médiatique.

*VC: journaliste qui ne supporte pas qu'on traite les OC de retour à la bougie. Lui  s'éclaire en HDI (Haut Potentiel Intelligence).

HPIM7977

*VC: journaliste égocentrique mais touchant, attendant naïvement des télés sarkozystes une apologie de sa décroissance ( récession journalistique subie) assortie de commentaires HDI sur la gratuité.

*VC: seul journaliste seul con seul capable de dénoncer seul la connerie des autres.

il_est_interdit_d_afficher

Le modeste énergumène ci dessus s'est posté devant une affiche; "Il est interdit d'afficher"....

.*VC: le dernier journaliste qui n'est pas encore rentré dans une yourte. Comme il est moins con que les autres qui payent dans des campings de luxe 250 euros la nuit, il attend intelligemment que je l'invite gratuitement sous la mienne, « toute nue au fond des bois »***. Et vu la puissance de son HDI, il sait que pour retenir l'attention d'une femme, rien ne vaut que de faire semblant de la bader.*****

*VC: grand prêtre auto-nominé du clergé décroissant urbain dénonçant du haut de sa chaire la liste des alchimistes hérétiques « touts nus au fond  de leurs yourtes au fin fond des bois »***et dangereuses sorcières « illuminées toutes nues dans leur yourte au fin fond des bois »***

skolldesmarais.

en train de touiller de leurs mains gercées potions et mixtures suspectes,

à purger d'urgence pour la pureté de la jeune église décroissante.

P1020948

*VC: journaliste vide et boulimique qui se goinfre jusqu'à l'indigestion

HPIM9999

des conneries pillées chez les autres pour nous les resservir en vomi hebdo,

surmené le_mercenaire_des_montagnes__286_29 qu'on enverrait bien se reposer « tout nu dans une yourte au fond des bois »***, sans ordi, sans télé (surtout M6 qui repasse en boucle le reportage de Régis Mardon qui a porté à la connaissance de plusieurs millions d'individus l'existence d'une « illuminée au fond de sa yourte »***), sans portable et sans bagnole, histoire que, pour une fois, il s'occupe  de lui et de son

« insondable bêtise ».disk_combobulation

Mais il faudra, pour son bien, l'attacher solidement au mat de la yourte, parce qu' incapable de se supporter, le brave sera pris d'irrépressibles besoins de se fuir.

On attendra donc patiemment que le silence des oiseaux remplisse son âme de l'esprit qui lui fait furieusement défaut.

***** "Bader": feindre d'ignorer ou de mépriser.

Posté par barbesse à 14:43 - Objections de croissance - Co

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives