9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 17:07



 

C’est pénible à devoir reconnaître, car cela décrit l’état lamentable de la démocra(ss)ie, mais je pense qu’il va falloir avoir de plus en plus de courage pour simplement « oser dire ». Voyez, déjà un site qui annonce sa fermeture en septembre quand, dénoncer les dangers des vaccins deviendra tout simplement illégal. Regarder ce qui est arrivé, il n’y a pas si longtemps à Lumumba qui a libéré la parole du Congo de l’hypocrisie colonialiste,…nous entrons dans une de ses période sombre de l’histoire où dire la vérité peut devenir un risque majeur.

 


 Bon revenons à nos vaccins, puisque d’ici peut il sera interdit d’en parler. Si elle est rétroactive leur loi, cela va mal pour nous les amis qui partagent ma méfiance et le disent bien fort. Quoi nous allons devoir nettoyer nos site de tout propos malencontreusement outrageant pour les vertus bien connues de Big Pharma. Nous allons devoir apprendre à cultiver la métaphore allusive, seulement compréhensible pour ceux qui savent. Bon, j’allais vous la jouer à la Monte Christo à se préparer à s’évader ou à la Mandela à écrire des poèmes à multiples sens dont les plus intéressant seront ceux qu’un esprit réducteur ne peut appréhender ?. Jusque-là, cela reste de l’humour, mais quand même…


Et si la Belgique ne rend pas la vaccination obligatoire allons nous voir affluer des hordes de français fuyant en famille les seringues fatales et ceux qui vous les enfoncent de force sous la peau ? Allez-vous demander l’asile politique au Vénézuela, en Bolivie, à Cuba ? Qu’allez-vous faire vous offrir la caravane, le mobile home et vogue la galère. Vous rendez-vous bien compte que refusant le vaccin vous allez vous retrouver dans l’illégalité ? Etes-vous prêts à affronter les conséquences qui en découlent ? Et comment allons-nous protéger les enfants, empêcher qu’un ne les enlèvent à leurs parents les plus socialement fragiles pour les placer dans des institutions dont on connait la sinistre barbarie la plupart du temps.

 


Etes-vous prêt à vous rebeller où allez-vous vous soumettre tendre le bras et celui de vos enfants pour recevoir cette injection douteuse au nom de la paix des ménages et de la tranquillité publique ? Allez-vous vous rebeller, avec toutes les conséquences douloureuses qui peuvent en découler, telles que se retrouver à des mille de chez soi avec famille et bagages n’est vraiment pas le pire sort qui puisse s’imaginer en de telles circonstances. Une persistante rumeur de brutalité policière nous dit que si elle n’est pas généralisée, c’est récurrent, il y a des gens qui se font tabasser par les flics et parfois sans raisons. Vous vous situez où dans tout cela. Je vous disais qu’il faudrait choisir son camp, mais je ne pensais pas que cela viendrait si vite ni de cette manière brutale. C'est le moment, c'est l'instant.

 


La question se pose cette fois très clairement : « Etes-vous prêts à entrer dans l’illégalité en septembre ? » D’où découle une autre question, je ne suis pas très optimiste, j’ai vu trop de soumission, d’inertie et d’aveuglement autour de moi pour croire à un sursaut même sous la pression d’évènements aussi dramatiques qui nous annoncent un avenir pourri de chez pourri : le totalitarisme, Messieurs, dames, rien de moins, avec des lois martiales et des lois d’exceptions qui vous privent de toutes vos pauvres prérogatives de personnes humaines ayant droit au respect et à la dignité. Déjà que l’application de la fameuse Charte des Droits de l’Homme ce fut pire que le fiasco, une suite de pieux souhaits faute de politiques cohérentes pour en mettre en œuvre le projet et ce droit apparu sui generis : le droit d’ingérence humanitaire qui signifie dans une de ses plus belles applications : pétrole contre nourriture, Yo, je ne vois plus trop bien ce que cela a à voir avec l’idée de départ, mais soit, je dois avoir mauvais esprit, chercher la petite bête dans ce magma de bonnes intentions assénées à certains peuples jusqu’à ce que mort s’en suive. 500 000 enfants morts de faim ! Ingérence humanitaire. Il est solide le bâillon qui nous est vissé par l’habitude que nous prenons de l’horreur au quotidien. Pour ceux qui en ont, je n’ai qu’un conseil à vous donner : balancez vos télévisions et informez-vous vraiment, il n’y a que vous pour pouvoir vous faire une idée par vous-même et décidez de ce que vous allez-faire.



Choisissez un problème qui vous interpelle, que vous connaissez un peu, voyez comme chacun en parle, quels points de vue sont proches des vôtres, en quoi telle personne diverge soudain sur un point important qui vous fait prendre les infos qu’elle donne avec des pincettes. Cela s’apprend, décoder l’information. C’est pourquoi pour ceux qui se demandent à qui se fier, je vous conseille de suivre un sujet que vous connaissez, vous verrez très vite qui est sérieux et cohérent et qui raconte n’importe quoi, avec toutes les variantes et nuances bien sûr.

 


Toutes ces belles paroles dont on nous a gavés pendant toutes ces années, celles que clamaient les médias, celle que relayaient de charitables associations, souvent des enfers pavés de bonnes intentions. Et tout ce qui est d’initiatives découragé. Vous avez vu ce que c’est, l’école. De mon temps déjà cela ne volait pas très haut pour ce qui est de la pédagogie générale, ni de la qualité de l’information fournie dans l’optique de former des citoyens responsables. J’ai arrêté dès que j’ai pu, dès l’âge de treize ans j’ai commencé à y aller de moins en moins souvent pour arrêter à quinze ans, ciao les mecs, c’est pas très intéressant votre truc. Si c’est pour apprendre des tonnes de conneries qu’il nous faudra désapprendre après, autant arrêter tout de suite.


Voilà, plus tard j’ai fait ce qu’on appelle ici un jury central, c’est comme le bac, et je l’ai fait en section de mathématiques, car cela ne prêtait à ce niveau-là pas à polémiques, j’avais 19 ans alors et je me rendais compte de l’importance de la connaissance, de la formation intellectuelle, de la culture. Cela m’énerve parfois les gens qui sont là à jouer les raisons sont trop verts parce qu’en fait, ils aimeraient bien, mais ils n’osent pas. Puis il y a ceux qui ont développé une culture hors normes et qui souvent ne se rendent pas compte de ce qu’ils ont la de précieux et d’original positif.

 


Il n’y avait pas que des bêtises dans les idées qui ont fleuri dans les années 60, il y avait même beaucoup de bonnes idées qui avec un peu de bonne volonté et de recherche de cohérence aurait pu déboucher directement sur la construction d’un monde plus équitable, moins stressé et ce de façon durable, il y avait les énergies, l’intelligence et la bonne volonté. Qu’est-ce qui c’est passé, comme la politique adoptée n’était pas celle décidée par les suppôts du système, la censure a été progressivement introduite dans les écoles. C’est par là que la liberté d’expression à commencé à se casser la gueule, et elle a plongé au fond du gouffre quand on a cessé d’apprendre aux enfants à exprimer clairement leurs idées.


Et bien sûr seuls les enfants vivant dans un entourage épanouissant peuvent développer leurs potentiels. Et là aussi, des restrictions se sont petit à petit installées, de restrictions en restrictions,… avec un contrôle grandissant de psychologues qui s’autorisent des incursions dans la vie privée des familles ou des collectivités qui élèvent les enfants. Et insidieusement nous sommes entrés dans une politique du soupçon généralisé où chacun est présumé fraudeur, tricheur, mauvais parent, resquilleur, malhonnête et se livrant aux moins à de petites déviances aux lois. Un peu comme notre candidat terroriste, celui qui innocent c’est fait enlever tout à l’heure, ben ici aussi l’étau se resserre. Et ne l’oublions pas tout cela ce passe avec la complicité de nos gouvernements, avec celle du gouvernement de l’Union Européenne (qui gouverne l’Union en réalité, il y en aurait des choses à dire là-dessus après une enquête approfondie

 


Je vous parle là, non de fantasmes, mais de choses qui se passent, là, maintenant sur cette planète que nous aimerions habiter en bons voisins. Mais vous ne croyez pas que seuls des êtres d’une immense intelligence, d’une immense générosité et d’une culture humaine sont capables de surmonter la haine que d’autres auront pour l’occident qui leur a fait la guerre, les a exploités, les a torturés, affamés, Et bien pire. Et tout cela dans le but illégitime de nous emparer des richesses de leur pays afin d’assurer à quelques individus des trains de consommation complètement en démesure avec les besoins d’un humain. Je dois déplorer : notre attitude, après la colonisation un consentement tacite, implicite à la perpétuation d’une souffrance qui nous avait pour un temps assuré un confort que beaucoup d’entre nous perdent, et que bien d’autres risquent de perdre en septembre s’ils se voient obliger de faire acte de désobéissance civile…

 


Là aussi j’insiste parce que pour beaucoup d’entre nous, qui avons vécu jusque-là dans une totale légalité, c’est un seuil à franchir, quelques choses qu’il est bon de discuter collectivement comme cela se fait sur internet, afin de comprendre qu’il existe un courant de résistance et qu’il va falloir trouver des moyens de peser sur la balance comme courant de pensée et vision du monde au sens large : compossibilité.



Comment comptez-vous résister si vous vous retrouvez face à des « forces de l’ordre » agressives qui tentent de s’emparer de vous ou de vos enfants ? Vous imagine-vous dans quel délire nous risquons de nous retrouver s’il y a en septembre non seulement une vaccination obligatoire, mais en plus l’interdiction de la critiquer. Et ne comptez pas sur les médiats officiels pour vous tenir informés de ce qui se passe, Et si épidémie, il y a je vous laisse imaginer le cirque, Combien ils prévoient de personnes touchées, vous imaginez le grand bordel, avec des gens barricadés sur leur terrain, dans leur maison ,les provisions raflées dans les magasins vides car chacun aura fait des réserves…vous savez bien comment cela va les mouvements de masse de panique...


 

 

 


Contiuez à dire ce que nous pensons va donc devenir de plus en plus difficile et risque fort de s'apparenter à une action courageuse. Je n'ai pas vocation de matyre et me passerait bien de telle perpective, mais rêver n'empêche pas le réalisme. La censure de la libre parole, de l'expression sincère de ses opinions, accompagne la  mise en place de la dictature.

 


Je ne me tairai pas

Anne

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives