8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 05:51

Cette journée promet d’être une belle journée. J’ai ouvert les yeux à l’aube, les ait refermés aussi sec et voici que le soleil est déjà haut dans le ciel. Je redécouvre ici ce que dormir veut dire.  Non pas qu’il n’y ait ici que silence : des trains de marchandises, des bolides d’acier et de métal, dévoreurs furieux du rail foncent à travers la nuit dans des fracas d’enfer. De grosses bêtes mécaniques enfantées par l’ère industrielle. Si elles surgissent alors que je suis réveillée, il m’arrive de sursauter quand fait irruption le terrible vacarme. Mais si je dors je ne frémis même pas. Mon sommeil à la quiétude de celui de l’enfance, confiant.


J’aime écarter les portes de toiles, ouverture du regard vers le ciel, quelques pas dans l’herbe, un lapin déboule et s’enfuit vers les bois, une oasis sans clôture, espace commun, pas de barrières pour détourner le cours de notre chemin. Ce n’est pas comme cela au-delà. Ici, seule la petite oasis est libre de telles marques de propriété, quelques dizaines de mètres plus loin et partout le territoire est enserré, grillages ou barbelés. Mais vu d’ici hors monde, hors temps il peut sembler que toutes ces histoires de maîtres du monde et consorts n’est qu’une vilaine blague qui nous noircit l’esprit par tout ce que cela évoque de mauvaiseté.


Dans certaines régions de Belgique, les barrières ont poussé de toutes parts, enserrant des territoires, des prés, des bois où autrefois les gamins courraient librement y découvrant la vie. Peu importe, depuis l’affaire Dutroux, les mômes ne courent plus en toute liberté dans les villages et les bois. Plus de ces envols de moineaux, à la sortie des écoles. Et hop, je te balance le cartable, je te choppe le goûter et ciao Maman, à plus tard…







Aujourd’hui les mômes on les enferme à l’abri des psychopathes pédophiles, des mercenaires de la prostitution enfantine enleveur de chaire fraîche et monnayable car les parents ont peur, à raison ou à tort. Il y a des sots pour prétendre que rien n’a changé, que cela a toujours existé. Peut-être, mais pas dans les mêmes proportions. Pas avec les mêmes facilités de diffusion. Il est plus simple et discret de se procurer des photos des films des horreurs sexuelles faites aux enfants (et à des adultes) par Internet que de devoir aller les acheter dans la rue sous le manteau au risque de se faire surprendre. Le tourisme sexuel organisé massivement, cela n’existait pas auparavant. 

Qu’il s’agisse des pervers sexuel et de certains « raffinements » de leur déviation, qu’ils s’agissent de psychopathes tueurs, violeurs, mutilateurs en série, qu’il s’agisse de gamins qui pètent les plombs et se mettent à tirer avec le flingue de papa sur leurs copains d’école, etc…toutes ces sortes d’explosions du ciboulot qui font nombre… »il se passe quelque chose », un grand vent de délire qui souffle sur le monde, de la mauvaise folie, de la folie de destruction…


Pourquoi ces phénomènes ? Quelle société déviante donne naissance à de tels monstres ? Quel est le rôle des médicaments perturbateurs de la conscience dans ces explosions de violence incontrôlée ? Des antidépresseurs qui peuvent donner des pulsions suicidaires, et certains passent à l’acte…C’est quoi cela ? Des sociétés pharmaceutiques criminelles qui déversent sur le monde leurs toxiques insuffisamment testés et dont les conséquences à long terme sont incalculables, imprévisible. Que vont devenir ces millions de gamins gavés de rilatine depuis leur plus jeune âge.  Qu’est-ce que cette menace de vaccination obligatoire dans de tel condition de doute légitime quand à l’innocuité des produits qui seraient imposés à la population.


Tous ceux qui ont fait des recherches concernant les sujets ci-dessus le savent : il est très difficile d’obtenir des informations fiables, sur ces sujets cruciaux pour notre compréhension du monde. Je n’ai pas même évoqué les pistes concernant de soi-disant réseaux satanistes, et qui se nourrissent de rumeurs, avec des enquêtes qui toujours avortent, non sans que soient évoqués les noms de quelques notables qui seraient impliqués dans telle ou telle sale histoire.  Information ? Intoxication ?


Je crois que la stratégie la plus couramment utilisée pour disqualifier les enquêtes en court est celle de la grosse intoxe, jetée comme un pavé dans la marre. Invalidée, elle jettera le discrédit sur l’ensemble de l’enquête, noyant l’information et la recherche de vérité dans ses éclaboussures toxiques. Des moyens de pression efficaces, venus de très haut pour étouffer les affaires les plus chaudes. Le procès suivra son cours où sont impliquées des familles prolétaires qui s’unissent pour des pratiques de pédophilies collectives, mais personnes ne remontera les pistes des hommes en costumes, masqués que dénoncent aussi les enfants. Telle journaliste qui avait présenté un reportage mettant en cause l’existence des réseaux mettant en avant la parole d’enfants victimes se verra limogée et son reportage enfouit dans les archives. Il aurait disparu s’il n’avait été diffusé sur Internet. La journaliste elle est entrée dans le mutisme absolu concernant cette affaire.

Combien de femmes réfugiées en Suisse ou ailleurs, après avoir été condamnée pour non présentation d’enfant à un père violent ou abuseur, que pour d’étranges raisons parfois la justice disculpe, et cela malgré l’avis contraire de pédopsychiatre compétents. Cela relève des « faisceau d’indices convergents » : une multiplication d’affaires indépendantes, arrivées à des enfants, à des mamans qui ne se connaissent pas et chaque fois les récits se rejoignent, des schémas identiques se retrouvent ou quelque détail que seul un témoin ou une victime pourrait connaître.

 

 

Alors nous traînons des questions sans réponses fondées sur des doutes légitimes. Trafics d’enfants, trafics de femmes, trafics de main d’œuvre, trafics d’organes, trafics de drogues qui détruisent leurs consommateurs… notables compromis dans de sales affaires de réseaux pédophiles qui les rendent malléables. Nous avons beau nous tenir à l’écart de tous cela pour ne pas nous polluer la conscience, nous réfugier dans de petits univers clos dont nous barricadons soigneusement les portes à l’information circulante, toujours la rumeur persistante s’insinue et nous pénètre le ciboulot et nous titille la conscience.


Cela ne nous concerne-t-il vraiment pas, n’avons-nous par notre passivité, cette forme tacite de consentement, aucune responsabilité dans ce devenir toujours pire du monde ? Tout a été fait pour créer en vous ce sentiments d’impuissance, d’irresponsabilité, pour insérer dans votre programme l’idée qu’il faut laisser les spécialistes prendre des décisions dont eux seuls sont à même de comprendre les données. Ce n’est pas vrai !

Nous sommes les témoins bouleversés de l’agonie de la civilisation occidentale qui dans ses soubresauts désespérés entraîne le reste du monde vers la mort et la destruction et nous en sommes-là parce que les spécialistes décideurs ne sont pas compétents pour faire des choix qualitatifs en termes de valeurs fondatrices.


Anne


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

sixtine 08/06/2009 13:29

Tout a été fait pour laisser croire aux peuples que tout devait être décidé pour eux...!
Fausse illusion !
La planète nous réserve bon nombre de surprises, pas forcément bonnes d'ailleurs, qui , d'une façon ou d'une autre, seront déterminantes pour la survie des espèces !
La Nature reprend " toujours " ses droits !

Anne Wolff 08/06/2009 13:34


Oui, mais il se pourrait bien que demain les droits de la nature soient ceux des mouches et des fourmis. Ce serait dommage, il y avait tellement mieux à vivre sur cette planète que le gâchis
actuel. Je le souhaite pour les enfants de l'avenir et je me sens prête à donner de moi-même pour que cela puisse être.


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives