24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 11:24



Bertrand Russell. Info ou intox ? Les deux forcément car soit l’intox est la publication de ce texte en l’attribuant à Russell, soit la grande intox est de présenter Russell comme maître « es pacifisme » et de faire de lui le grand défenseur des droits de l’homme. La première des choses à faire serait de trouver des références qui démontrent si ce texte est ou non celui du grand mathématicien, piètre biologiste et philosophe à la vision fort limitée. Si certains d’entre vous peuvent apporter des éléments de réponses ou des preuves dans un sens ou l’autre, je leur en serais reconnaissante car il me semble  intéressant d’étudier ce qui est véhiculé-là tant comme info que comme intox.

J’avais lancé un appel sur le blog de Mamie Sceptix-Charlotte pour retrouver ce texte important, et je ne sais si c’est coïncidence mais il est apparu dans les  commentaires issus d’un article de 2007 publié par exdisciple

L’American Family Foundation, ou les geôliers de la « chambre d’exécution » de Bertrand Russell par Barbara Boyd

2007 juin archive at exdisciplesleblog

Je vous en recommande vivement la lecture.

Pour ce qui est de ce texte, je vous laisse juges et vous invite au débat.


 


Dans son livre de 1951, The Impact of science, Lord Bertrand Russell, un des présidents d’honneur du « Congrès sexuel pour le Fascisme Culturel » vendit la mèche au monde à propos d’une initiative dans le domaine de l’ingeneering social. Pour Russell, la dictature par le contrôle mental n’était pas une pensée éphémère, car il caressait cette idée depuis des années. Il donna déjà une description de son programme dans un ouvrage datant de 1931 The Scientific Outlook, véritable manuel totalitaire :

« De la même manière, les gouvernants scientifiques proposeront un type d’éducation pour les hommes et les femmes ordinaires et un autre type pour ceux qui sont voués à devenir les détenteurs du pouvoir scientifique. Les hommes et femmes ordinaires devront être dociles, travailleurs, ponctuels, sans résistance et contents. De ces qualités, c’est probablement le contentement qui aura le plus d’importance. Afin de l’obtenir, toutes les recherches en psycho-analyse, comportementalisme et biochimie devront être mises en jeu. Tous les garçons et filles devront apprendre dès leur plus jeune âge à être ce que l’on appelle “coopératifs”, c’est-à-dire faire exactement comme tout le monde. L’initiative sera découragée et l’insubordination, sans être punie, sera scientifiquement évacuée de leurs esprits. (…). A l’exception de la loyauté envers l’état mondial et envers leur propre ordre », nous explique Bertrand Russell, « les membres de la classe gouvernante seront encouragés à être audacieux et plein d’initiatives… »



Russell émettait un avertissement fort :

« A de rares occasions, lorsqu’un garçon ou une fille, qui a dépassé l’âge où il est normal d’avoir décidé de son statut social, montre une capacité à être l’égal intellectuel des gouvernants, une situation difficile va apparaître nécessitant une attention particulière. Si la jeune personne est heureuse d’abandonner ses anciens associés et de se lancer de tout cœur avec les gouvernants, elle peut, après des tests appropriés, être promue. Mais si elle montre une quelconque regrettable solidarité envers ses anciens partenaires, les dirigeants devront conclure, à contre-cœur, qu’il n’y a rien à faire à part l’envoyer dans la chambre d’exécution avant que son intelligence mal disciplinée n’ait le temps de répandre la révolte. Il s’agira d’un difficile devoir pour les gouvernants, mais je pense qu’ils ne reculeront pas devant l’idée de l’accomplir. »

 

Je ne sais qu’en penser. J’avais été interpellée lors d’une première lecture. L’immensité de l’imposture est incroyable si ce texte est authentique. Je commenterai d’avantage après avoir lu vos réactions.

Anne


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

sixtine 25/05/2009 14:15

Je pencherais pour : abrutissement ! Ils ont semé les petites graines qui ramollissent les cerveaux. A présent, ils récoltent ...!

Anne Wolff 25/05/2009 14:18


Triste récolte !


nomind 25/05/2009 07:40

Russell dans dans "Icare ou le futur de la science" (1924) :

« D’ici peu, la population pourra véritablement diminuer. Cela se produit déjà dans les sections les plus intelligentes des nations les plus intelligentes ; [...]. D’ici peu, le contrôle des naissances pourra devenir presque universel parmi les races blanches ; cela ne détériorera pas leur qualité mais seulement leur nombre, au moment où les races non civilisées seront encore
prolifiques et préservées d’un taux de mortalité élevé par la science blanche. »

« Lorsque viendra le moment où deux groupes rivaux se disputeront la maîtrise du monde, le vainqueur sera en mesure d’introduire l’organisation mondiale nécessaire à la prévention d’une extermination mutuelle des nations civilisées. »

« Il y aurait en premier lieu une tyrannie économique et politique des vainqueurs, une résurgence de rébellions et donc une suppression
drastique des libertés. Toutefois, si la première douzaine de révoltes était réprimée avec succès, les vaincus abandonneraient leurs
espoirs et accepteraient la place subordonnée qui leur serait assignée par les vainqueurs dans ce grand trust mondial. [...] Je crois qu’étant
donné la folie humaine, un gouvernement mondial sera établi seulement par la force, et sera donc cruel et despotique. Mais je crois que cela est nécessaire pour la survie d’une civilisation scientifique [...]. »

Russell dans "Science, Puissance, Violence" :

« Il est trois moyens de stabiliser une communauté quant à sa population. Le premier est la limitation des naissances ; le second, l’infanticide ou les guerres véritablement meurtrières ; le troisième, la misère générale [...]. [...] De ces trois méthodes, seule la limitation des naissances ne recourt pas à une extrême cruauté et n’est pas cause de malheur pour la majorité des humains. »

« Etant donné deux groupes, dont l’un a une population croissante et l’autre une population stationnaire, le premier, à toutes autres choses
égales, deviendra peu à peu le plus fort. Après sa victoire, il privera de nourriture le groupe vaincu, où quantité de gens mourront de faim.
En conséquence, il adviendra une victoire toujours renouvelée des nations qui, du point de vue de la démographie mondiale, sont indûment
prolifiques. C’est là vraiment la forme moderne de la lutte pour l’existence. »

« Du point de vue technique, un Empire Mondial exclusif est désormais possible. [...] l’unification du globe sous un seul gouvernement
semble une nécessité inéluctable, du moins si nous voulons éviter un retour à la barbarie ou l’extinction du genre humain. »

« La nécessité d’un gouvernement mondial se dégage avec évidence des principes de Darwin, et il s’agit d’en tenir compte si l’on
désire résoudre avec humanité le problème de la surpopulation. [...] Cette autorité aura pour tâche de répartir les denrées du monde entier
entre toutes les nations, proportionnellement au chiffre de la population de chacune d’elles au moment de la création de cette autorité. »
« Si, par la suite, l’une des nations a une population accrue, elle ne saurait arguer de ce fait pour recevoir davantage. Chaque nation
aurait ainsi une raison très sérieuse de ne pas se laisser indûment prolifique. »


Russel dans "Prospects of Industrial Civilization" (1923)

« les races moins prolifiques devront se défendre contre les plus prolifiques par des méthodes qui sont répugnantes même si elles sont
nécessaires ».

Russell dans le " Bulletin of the Atomic Scientists" (octobre 1946) :

« Lorsque je parle d’un gouvernement mondial, je parle d’un gouvernement qui gouverne réellement, pas d’une gentille façade comme
la Ligue des nations ou d’une fraude prétentieuse comme les Nations unies sous leur forme actuelle. Un gouvernement international [...]
doit posséder les seules bombes atomiques, les seules usines pouvant les produire, la seule force aérienne, les seuls navires et, plus
généralement, tout ce qui peut être nécessaire pour le rendre irrésistible [...]. Il devra être obligé, en vertu de sa constitution, d’intervenir
par la force des armes contre toute nation qui refuserait de se soumettre à son arbitrage. »


Russell dans "Common Sense and Nuclear Warfare" (1959) :

« Tout ceci, pour aussi utopique que cela puisse paraître, est étroitement analogue à ce qui se passa à la suite de l’invention de la poudre
à canon. Au Moyen Age, dans toute l’Europe occidentale, de puissants barons dans leurs châteaux avaient les moyens de défier le
gouvernement national. C’est seulement à partir du moment où l’artillerie fut capable de détruire les châteaux que ce gouvernement
se trouva en mesure de contrôler ces barons féodaux. Ce que la poudre à canon accomplit au Moyen Age, les armes nucléaires peuvent
le faire aujourd’hui. »

Anne Wolff 25/05/2009 08:15


Merci pour cette édifiante littérature. Quel drôle de monde tout de même. toutes les cartes sont posées sur la table et ici, en tout cas, tous ou presque font semblant de ne pas voir. détournent la
tête avec un air de fausse pudeur :"Mon Dieu, que tout cela est donc répugnant !" et se bouchent les oreilles, se collent devant la télé pour fuir une réalité qui nous rattrape. Une grande illusion
collective ! L'agonie du modèle occidental dont les soubresauts envoie au fond du gouffre le surplus de population.
J'avais rêver d'un autre monde, un grand jardin, espace sauvage, espace apprivoisé, une abondante simplicité et le foisonnement de la vie. Leurs écrans aux vulgaires images ne pourront pas faire
concurrence à la beauté d'une fleur. Pourquoi sommes-nous si peu à le percevoir? Pourquoi fait-on un mythe d'un Russell ? Et cela marche, il n'y a eu personne pour remettre en question son rôle
dans le tribunal qui portait son nom!!! Hypocrisie ? Stupidité? Abrutissement ?
Anne


nomind 24/05/2009 18:58

« De la même manière, les dirigeants scientifiques délivreront un type d’éducation pour les hommes et les femmes ordinaires et un autre pour ceux destinés à devenir les détenteurs du pouvoir scientifique. Les hommes et les femmes ordinaires devront être dociles, industrieux, ponctuels, sans réflexion et satisfaits. De toutes ces qualités, le contentement sera considéré comme la plus importante. Afin de la produire, tous les chercheurs en psycho-analyse, en comportement et en biochimie seront mobilisés ... Tous les garçons et les filles apprendront dès leur plus jeune âge à être "coopératifs", c’est-à-dire à faire exactement ce que chacun fait. L’initiative sera découragée chez ces enfants et l’insubordination, sans être punie, sera scientifiquement découragée.

« En ce qui concerne les enfants choisis pour faire partie de la classe dirigeante scientifique, l’éducation se doit d’être très différente. Hormis pour ce qui est de leur loyauté envers le gouvernement mondial et envers leur propre classe, les membres de la classe dirigeante seront encouragés à être aventureux et pleins d’initiative. Il sera reconnu que l’amélioration des techniques scientifiques leur revient ainsi que le maintien de la satisfaction des travailleurs manuels grâce à l’introduction continuelle de nouveaux amusements.

« Dans les rares occasions où un garçon ou une fille arrivant à l’âge où l’on détermine habituellement son statut social montre une habileté telle qu’il ou elle paraisse l’égal intellectuellement des dirigeants, une situation difficile se présentera exigeant d’être examinée sérieusement. Si le jeune est heureux d’abandonner ses anciens associés pour allier sans réserve son destin à celui des dirigeants, il pourrait être promu après des tests appropriés mais s’il montre une quelconque et regrettable solidarité avec ses anciens associés, les dirigeants concluront à regret qu’il n’y a rien à faire avec lui si ce n’est de le faire passer dans la cellule d’exécution avant que son intelligence indisciplinée n’ait le temps de répandre la révolte. Ce sera un devoir pénible pour les dirigeants mais je pense qu’ils ne reculeront pas pour le faire. »

The Scientific Outlook, Bertrand Russell, 1931

Anne Wolff 25/05/2009 00:48


confirmation de la véracité? Punaise on fait quoi avec ça? Ces gens qui se permettent de détruire les plus beaux d'entre nous pour réaliser leurs sordides projets???
Anne


sixtine 24/05/2009 14:46

A la vision de la Société actuelle et la façon dont elle évolue, on pourrait effectivement songer à la véracité de tels propos...
A classer d'urgence dans la catégorie " Frissons " !

Anne Wolff 24/05/2009 15:18


C'est pour cela que je le trouve intéressant, qu il soit de Russell ou non. Je compte bien approfondir l'étude de ce personnage si j'en ai l'occasion. Ce que j'ai lu jusque-là fonde mes raison de
la qualifier de grand mathématicien, piètre biologiste et "philosophe" aux idées fort étroites. comme il est devenu un mythe fondateur du pacifisme et des "droits de l'homme", étudier ce que
véhicule réellement sa pensée n'est pas superflu. Mais je veux avancer sur des bases sûres. Ce texte est-il vraiment de lui. Car alors de  philosophe un peu limité il passe au statut de
délirant mégalo de la plus haute veine!
A bientôt
Anne


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives