14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 17:44



Je vais bientôt prendre quelques distances avec le monde « civilisé » et aller faire une ballade du côté de la « simplicité volontaire » et de la croissance qualitative en action. J’espère bien pouvoir me dégotter un appareil photo afin de pouvoir partager avec vous ces moments, pas seulement avec des mots mais aussi avec les images plus parlantes quand il s’agit d’exprimer la beauté que certaines personnes font rayonner autour d’elles souvent avec de fort petits moyens : de la bonne volonté, de l’huile de bras, du savoir-faire, quelques semences (bientôt interdit !!!), de l’imagination et un amour passionné de la vie et de tous les habitants la planète : minéraux, végétaux, animaux, les humains étant souvent les plus difficiles à aimer. Quelques uns ont le don de faire ce qu’il faut pour se faire détester,

 


Actuellement je suis épuisée moralement, physiquement et nerveusement.  Ma vie est un champ de batailles, de celles que je déteste, de celles qui mettent aux prises des personnes qui devraient s’unir plutôt que se déchirer. Comme l’a dit  Eva sur un de ces blogs, il faut être vigilants car l’accumulation de frustrations et de stress que nous impose le nouvel ordre du monde peut aussi bien faire exploser la haine et la violence contre les proies les plus vulnérables, les boucs émissaires désignés plutôt que de s’attaquer à la cause du mal.



Jusqu’à ces dernières années j’avais résisté sans trop de difficulté à ce genre de tentation, là je me suis fait happer dans l’engrenage, heureusement j’étais tout de même assez consciente de ce qui m’arrivait pour en réchapper. Et puis j’ai connu des moments de bonheur, et je sais que si de tels moments dépendent en partie de la chance, ils sont aussi le fruit d’une attitude intérieure constructive. Ce qui est aussi de la chance, car je ne crois pas au mérite et j’ai dans ma vie remercié plus d’une fois « qui de droit » de m’avoir doté d’une « bonne nature » plus incline à se tourner vers la douceur, la tendresse et la beauté qu’à se complaire dans les mauvais sentiments et leur mise en œuvre.

 


Je pars le cœur gros de toutes les unions qui n’ont pu se réaliser, de n’avoir rien pu faire pour quelques belles et faibles personnes que j’ai vu sombrer sous le poids des « mauvaises influences »: celles qui viennent de la hiérarchie sociale qui écrasent les êtres, celles qui vient des "amis" qui aiment entraîner d'autres dans leur déchéance et se créer des références de "pire" pour se rassurer sur eux-mêmes. Il y a les logements dont les loyers et garanties deviennent toujours plus inaccessibles pour des tranches croissantes de la population, et le prix démesuré de l’énergie domestique, j’ai évoqué ailleurs le cas d’élactrabel le plus grand producteur d’énergie en Belgique et ses méthodes de rapaces et de voyous.



Le mythe des emplois (qui n'existent pas ) mais qui permet de harceler les "bénéficiaires" de revenus de remplacement alors que les impératifs fiscaux rendent fort risquée la création de sa propre entreprise. Beaucoup de gens qui se retrouvent dans la rue sont de petits entrepreneurs qui se sont plantés sans avoir rien fait d'illégal. Ils ont été écrasés sous le poids des charges qui grèvent la petite entreprise en  Belgique. J’ai parlé aussi de ces putains de substances, les drogues légales ou non qui vous bouffent le coco et détruisent les âmes et les personnalités.



Il y a cette putain de méthadone, une belle saloperie qui ampute lê'tre d’une partie de ses émotions et que le pouvoir distribue allègrement à des tarifs défiant toute concurrence alors que la plupart des médecins dissuadent leur patients de faire une dégressive pour en finir avec cette substance (ce qui est contraire à leur code de déontologie). Pourquoi? Plein de gens autour de moi sont sous métha, ils ont des médecins différents, mais partout le même son de cloche. "Tu veux diminuer? Arrêter? Oui mais non..."

 


J’ai beau me dire qu’il ne faut pas être très malin pour prendre de l’héroïne, qu’il suffit de regarder ce qui arrive à ceux qui en consomment pour comprendre que c’est une sacrée merde qui ne rend pas heureux ceux qui en se laisse prendre au piège, une maîtresse impitoyable qui prend possession des âmes de ceux qui cèdent à la tentation. Je ne puis en vouloir à ceux de mes amis qui se sont laissé avoir par les attraits fallacieux de la substance et se sont fait détruire. Bien sûr, il m’arrive d’être en colère contre eux, mais ma « digne rage » est tournée vers ceux qui s’enrichissent de cette destruction programmée des forces vives, de l’avenir des nations. Allez voir ce qui se passe actuellement en Iran.



Des millions de jeunes addictés  à l’héroïne venue d’Afghanistan. Le matin, les services sanitaires passent ramasser les cadavres dans les parcs. En Argentine, une nouvelle came, meurtrière et bon marché, el pico, détruit en quelques semaines des milliers d’adolescents, et même des enfants, des quartiers pauvres. Etc, etc, etc,… encore une fois je me répète : toxicomanes détoxiquez- vous. Si vous ne le faites pas par goût d’une vie consciente, demandez-vous ce que vous ferez si l’approvisionnement venait à s’arrêter.



Et je vous le dis-moi, vous êtes les pantins du système qui vous agit, vous pressurise, vous détruit avec votre entière collaboration. Votre révolte est dérisoire, vous faites exactement ce que le pouvoir attend de vous. Bref vous êtes stupides, absolument minables et profondément désolants pour ceux qui ont de l’affection pour vous et la nostalgie de votre futur antérieur sans substance. Vous avez fait saigner mon cœur face à un tel gâchis !

 


Et ce n’est pas plus réjouissant, ils y a des personnes que je préférais délirantes sous l’emprise de l’alcool que zombifiées par leur médocs de merde prescrits par des médecins sans conscience qui n’ont pas pris la peine de mener des investigations personnelles pour mesurer les conséquences de leurs actes. Un bouquin édifiant de Laborit : "La nouvelle grille" ou comment effacer la mémoire à coup de substance, de rupture de connexions neuronales pour préparer un terrain vierge reprogrammable!!! A vous, médecins, je dis : en tant que coresponsables avec vos patients de la santé des populations qui ont recours à vous, vous avez un devoir d’investigation.



Les produits des grandes sociétés pharmaceutiques sont de moins en moins fiables ayant pour but unique le profit (et selon pour certains l’affaiblissement de la santé des patients). Renseignez-vous, informez-vous, déconditionnez-vous, réapprenez à penser par vous-même. Remettez en questions  les diktats de votre Ordre de plus en plus interventionniste à mauvais escient. On vous a programmé, ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’ex-doyen des médecins Belges, le très conservateur André Winnen : « On prend des petits jeunes de 18 ans bien malléables et on les programme »




A mes copains je dis : prenez vos vies en mains, C’est le mystère de la foi, croire qu’une chose est possible, que des miracles parfois se produisent, que « si tu t’aides le ciel t’aideras », crée les opportunités. Tandis que l’attitude négative qui consiste à se replier sur soi-même, pensant que plus jamais rien de bon peut nous arriver, a exactement l’effet inverse. Exactement comme le « missing systématique » dans les expériences de télépathie menées dans une université des Etats-Unis, ceux qui y croient obtiennent de bons résultats, supérieurs à ceux que prévoyaient les statistiques, alors que ceux qui nient la possibilité de l’existence de tels phénomènes ont tendance à avoir des résultats forts inférieurs à ceux prévu par les lois du hasard.

Mystère ? 



Ne laissez pas la fatalité prendre possession de vos existences, n’entrez pas en dé(sé)volution, arrêtez de vous chamailler entre vous. Rappelez-vous de vos rêves, unissez-vous pour les concrétiser. Cette phrase de Mano Solo qui me soutient dans l’adversité, quand ma vie ressemble à une impasse sans issue apparente : « L’important ce n’est pas l’issue, mais c’est le combat. Et rien que la beauté du geste te donne raison sur ce que tu détestes ».



Assurément je me sens mieux ,et même parfois malgré la catastrophe planétaire généralisée, je m’amuse, quand j’essaye de déjouer les plans de ceux qui nous oppriment que quand je laisse tomber les bras et accepte que d’autres décident pour moi de mon destin et du sort de notre monde.

Vous avez été mes compagnons de misère, je pars – ¡ adelante !- j’espère que nos chemins se croiseront.

Au revoir mes amis, mes copains de détresse. Et que ma tendresse vous accompagne.

 

 

 


Anne

 

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

Charlotte 16/05/2009 09:12

Merci à toi pour tes si beaux textes, je n'ai hélas pas ton talent, c'est pourquoi je laisse ceux qui en ont s'exprimer sur le panier de crabes.
Je t'embrasse très fort.

Anne Wolff 16/05/2009 10:02


Je viens justement de te laisser un bonjour sur ton blog. J'y ai fait un petit détour avant de préparer mon sac pour m'évader un peu (pas d'internet, c'est une conséquence mais bien de la
ville).
Bisous Charlotte,
Anne


Charlotte 15/05/2009 13:31

Ah non, pas compagnons de détresse, mais compagnons d'espoir chère Anne, "ils" vont peut-être enfin se réveiller, on fait tout pour non ?
Gros bisous mon amie

Anne Wolff 15/05/2009 13:56


Merci Charlotte.
Ce sera un prochain texte qui s'adressea à toi et d'autres. Un bonjour à mes amis résitants, ceux vers qui je vais par les chemins du net et par les chemins de traverse de la vie. Un texte d'espoir
celui-là, tourné vers l'avenir et non plus vers le passé.
Et je te le dis, moi, que le boulot que tu fais porte des fruits, il fait partie de ce qui me permet de reprendre confiance, de changer la direction de mon regard, de retrouver ma combattivité.


Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives