9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 08:54
A la  mesure du traitement réservé aujourd'hui les animaux d'élevage,à la mesure du traitements réservé à des humains en certains lieux de la planète par les grands  eclavagistes industriels et cultivateurs de la planète, à cette mesure pourrons-nous ou nos enfants être traîtés demain, si nous nous contentons de détourner la tête et de passer notre chemin en disant "Cela ne nous concerne pas"
Anne


Voici un texte d'appel à la résistance écrit par Eva

Les porcs sont le miroir de notre société, par Eva R-sistons - Le blog de Eva R-sistons à la crise


Le visage de notre société "libérale" La barbarie pure ! Criminelle ! Eva

Les porcs sont notre miroir,
par Eva



Mes amis,

Cette photo pour vous interpeller.

Qui que vous soyez, cher lecteur ou Lectrice,

peut-être même êtes-vous un Libéral,

un opposant à tout ce que le blog R-sistons véhicule,

le rejet de la guerre, de la mondialisation financière,

du capitalisme deshumanisé, prédateur, impérialiste,

des communautarismes qui dressent

les individus les uns contre les autres,

de la désinformation honteuse, anti-démocratique,

des totalitarismes, du choc de civilisations....

et j'en passe.



Alors, qui que vous soyez,

même si vous êtes un ultra-libéral,

je vous demande de marquer une pause

et de réfléchir.

Quel type de société voulez-vous ?

Pour moi, une image comme celle-ci est révélatrice.

Sarkozy a beau parler de civlisation,

il est clair que nous mettons le pied dans une barbarie sans nom,

telle que l'humanité n'en a jamais connue.





Une barbarie à nulle autre pareille,

une barbarie qui signe la mort de la civilisation,

mais aussi du devenir de l'humanité.

Soleil vert !!!! Je cite toujours ce film...

Voyez-le tous, il existe en vidéo.

Alors, vous comprendrez vers quoi nous nous précipitons,

à cause de quelques fous, ennemis de l'humanité. 

Et de leurs laquais. Essentiellement dans les Médias.



Je vous invite à lire mes derniers articles

sur mon blog R-sistons à la désinformation.

Télévision au service des industriels de mort,

demain 8 mai Marie Drucker nous servira un hymne à la guerre,

comme à l'accoutumée. J'en frémis d'avance ! 

Chaîne parlementaire, FR2 avec Pujadas,

lisez. Voyez-vous, si je dénonce avec force les Médias,

ce n'est pas par un étroit réflexe communautariste. 

Ce n'est pas parce que je m'intéresse particulièrement aux Médias.



C'est parce que j'ai compris que les Médias étaient nos pires ennemis,

car ils servent complaisamment des monstres à visage humain. 

Ils sont au service d'un Système qui fait le malheur de l'humanité. 

Avec ou sans état d'âme. 




Nos cerveaux sont QUOTIDIENNEMENT façonnés pour que

nous nous soumettions à un Ordre inique,

pour que nous acceptions, aussi,

de mourir fièrement pour "notre pays". 



Oui, les Médias sont notre pire ennemi, concrètement,

tous les jours. Je vais écrire quelques lignes

sur ce que Marie Drucker nous prépare le 8 mai. 

Sur mon blog R-sistons à la désinformation.

Marie Drucker,

soubrette des marchands d'armes qui ont pris possession

de nos Médias, pour tuer l'information

et en faire de la propagande.



Cher Lecteur, qui que vous soyez, 

regardez cette photo : Voilà le monde

dit "civilisé" qu'on nous bâtit jour après jour.





Cette photo de porcs captifs est tout un symbole.

Celui de notre conditionnement quotidien,

celui de notre enfermement dans un Système

de plus en plus pernicieux, de plus en plus oppressant,

qui finira par détruire l'humain en nous

et les humains aussi. 



Ces porcs sont condamnés à une vie atroce,

à une mort atroce.  



Le Capitalisme transmet un virus assassin.

Parce que sa cupidité ne connaît  pas de limites. 

Parce qu'il a oublié le Bien commun,

le sens du collectif, le sens de l'intérêt général.

TOUT, absolument tout, est sacrifié au Dieu profit,

au Dieu Argent, si vous préférez.



Nous osons appeler les Indiens des sauvages ? 

Mais ils sont plus civilisés que nous !

Ils respectent la nature, ils respectent la vie,

ils respectent les liens sacrés du mariage,

la famille, les anciens, les animaux,

le groupe, la collectivité, ... Dieu !



Nous ne respectons rien.

Et lorsqu'on traite les animaux comme ces porcs,

il est naturel qu'il y ait des effets boomerang.

Qui nous reviennent à la figure. 

Qui nous explosent à la figure !



Mes amis, qui que vous soyez, pensez à cette photo.

Elle témoigne contre nous.

Elle témoigne de notre barbarie. 

Elle témoigne de la souffrance que nous infligeons

aux animaux, comme ici aux civils Afghans

ou là aux innocents Palestiniens de la Shoah,

mais aussi, sans que nous nous en rendions compte,

à nous tous, oui nous tous, d'ailleurs

complices de l'horreur par notre inertie.




Stop ! Il est temps de faire marche arrière.

Pour que les porcs ne souffrent plus.

Pour qu'ils ne nous transmettent pas NOS virus. 

Pour que la barbarie ne germe plus en Irak

ou en Palestine. Pour que la barbarie ne 

corrompe plus nos coeurs et nos âmes. 



Il est de temps de mettre au pilori ce Libéralisme monstrueux,

ce capitalisme inique et mortifère. 

Il est temps de refuser l'intolérable que les Médias

nous servent quotidiennement.



Il est temps, tout simplement, 

de refuser la barbarie,

avant qu'elle ne nous engloutisse.

Pour nous, pour nos enfants,

pour le devenir de l'humain, tout simplement.

Eva



 


TAGS : Barbarie, civilisations, porcs, Sarkozy, Libéralisme, Soleil Vert, Capitalisme, impérialisme, Etats-Unis, Palestiniens, Shoah, Irak, Afghanistan, Médias, Indiens, Marie Drucker, guerre, désinformation, FR2, Chaîne Parlementaire, Pujadas






Mon commentaire


Sauvage est un mot qui me parle de beauté. Là-haut dans la montagne, ils m’appelaient la « salvaje », la sauvage et j’aimais bien car je savais ce que civilisé à l’occidental peut contenir de mesquinerie, de dévitalisation, de déshumanisation, d’apologie de la haine. J’en avais fini avec le mythe du progrès. Je n’avais pas encore compris ce que les horreurs du 20ème siècle avait de concerté, de programmé, de volontaire, mais je savais par contre que si l’humanité survivait aux conséquences des désastres produits par l’occident universaliste triomphant, ce siècle apparaîtrait comme la genèse de l’horreur absolue : celle de « l’ Homme » détruisant l’humanité en gestation.



Aujourd’hui j’en sais trop, je ne crois pas que je pourrais jamais retrouver cette vie de plénitude sereine de fille des bois sans que se rappelle à moi la destruction organisée de notre monde. Mais ce qui motive avant tout mon combat, c’est la survie de la vie sauvage. Une vie où même les mots proie et prédateur participent de la survie et n'ont pas le sens comme c’est le cas avec les Hommes, de la destruction de toute vie, de toute tendresse, de toute compassion sur la planète. Mais je ne suis pas un Homme, je suis une humaine,…
Anne
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives