7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 06:47
L'empire tremble sur ses bases, l'imprévu le déstabilise, incarné par Hugo Chavez qui avec un redoutable sens de la stratégie et de la diplomatie donne l'impulsion à des alliances multipolaires dans le respect de l'autodétermination de chacun des membres.


Voici publié par Eva
un article très intéressant  sur son blog SOS-criseL'Amérique concurrencée en A.Latine par la Chine, la Russie, l'Iran - Le blog de Eva R-sistons à la crise  suivi   mon commentaire sur ce blog.





Jeudi 7 mai 2009

Hilary Clinton et l'Amérique latine

Le rôle de Pékin et Téhéran en Amérique latine
inquiète Hilary Clinton


(J'ai enlevé la photo de la Clinton parce qu'elle est vraiment trop pas belle !)
L'Iran et la Chine opèrent des avancées inquiétantes en Amérique latine et Washington ne peut plus se permettre d'ignorer les dirigeants de pays tels que le Venezuela et la Bolivie, déclare la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

"L'administration précédente a tenté de les isoler, de soutenir leurs opposants, d'en faire des parias internationaux. Cela n'a pas marché", a-t-elle dit lors d'une réunion d'agents du service extérieur au département d'Etat.

Chinois, Russes et Iraniens avancent à grands pas en Amérique latine, où ils ouvrent d'importantes ambassades et nouent des liens économiques et politiques étroits avec des dirigeants qui étaient hostiles aux Etats-Unis durant l'administration Bush, a noté Clinton.

"Les progrès que réalisent l'Iran et la Chine, tout particulièrement en Amérique latine, sont vraiment inquiétants. Ils établissent de très fortes connexions économiques et politiques avec beaucoup de ces dirigeants", a-t-elle poursuivi.

"En matière de relations, nous sommes en concurrence au moins avec les Russes, les Chinois et les Iraniens", a dit Clinton en soulignant que les Etats-Unis n'avaient intérêt à tourner le dos à aucun des pays de cette région du monde.


  L'administration Obama s'efforce d'améliorer ses relations avec les pays d'Amérique latine, notamment avec le Venezuela. On a pu voir le président Barack Obama serrer la main à son homologue vénézuélien Hugo Chavez le mois dernier au sommet des Amériques, qui se tenait à Trinité-et-Tobago.

Washington souhaite aussi de meilleurs échanges avec le président bolivien Evo Morales, qui a expulsé en septembre dernier l'ambassadeur américain en l'accusant de conspirer contre le gouvernement de La Paz.

"Nous voulons voir s'il y a un moyen de renvoyer un ambassadeur et de travailler avec Morales", a dit Clinton.

Elle a aussi préconisé des efforts en direction du président équatorien Rafael Correa, mais aussi du Nicaragua et de son ancien chef de guérilla sandiniste, le président Daniel Ortega.

"Les Iraniens construisent une immense ambassade à Managua et nous pouvons seulement imaginer dans quel but", a dit la secrétaire d'Etat au sujet de la nouvelle mission diplomatique de Téhéran dans la capitale nicaraguayenne.

Clinton a noté que le changement de politique des Etats-Unis ne produirait peut-être guère de résultats avec des leaders comme Chavez, dont les idées diffèrent des leurs en économie, en politique et en "tant d'autres choses", mais qu'il valait la peine d'essayer:

"L'essentiel, pour moi, est de savoir ce qui est le mieux pour l'Amérique. Comment favoriser un comportement plus favorable à nos intérêts."

Source
l'Express.fr

Avec Obama les États-Unis veulent-ils opérer un changement? Ils devront revoir leur politique et accepter d'énorme changement, car les Latinos ont vécu longtemps sous le joug des dictateurs soutenus par les États-Unis et les peuples ont de la mémoire.




http://sergeadam.blogspot.com/




Mon commentaire :


Favorable à nos intérêts ! Ben tiens ! Voyant l’attitude d’Obama qui qualifiait Chavez de frein au développement en Amérique Latine et soutenait les opposant à Morales, 31 députés démocrates ont envoyé une lettre ouverte à leur très hollywoodien président le sommant de ne pas pratiquer de politique interventionniste en Amérique Latine. A lire l’article ci-dessus, on devine la panique qui monte chez les dirigeants étasuniens qui découvrent que le monde est à présent multipolaire et que leur leadership en a pris un coup et risque bien de valser dans les poubelles de l’histoire.


Ce qui est intéressant, c’est que cette panique amène la Clinton à quitter le double discours et à dévoiler très clairement l’essence du problème : la remise en cause de l’Empire par de puissantes alliances multipolaires déstabilise complètement les seigneurs de Guerre habitués à écraser un par un des peuples isolés. Encore que…Vietnam, Afghanistan, pas si évident. Leur puissante et coûteuse machine de guerre n’est pas la garantie d’une victoire facile face à des peuples qui défendent leur indépendance. 


La majorité des pays d’Amérique Latine font bloc pour échapper à l’emprise du FMI. Et ils nouent des alliances avec la Russie, l’Iran, la Chine surmontant leurs différences pour faire face à l’ennemi commun. Bonne nouvelle pour les peuples de la planète : les aspirants Maîtres du Monde sont inquiets. Ils pensaient pouvoir installer leur Nouvel Ordre Mondial sans rencontrer trop de résistance, et bien non. A part leur vassaux européens, il n’y a plus grand monde sur la planète à faire allégeance. Qu’attend l’Europe des Peuples pour se réveiller elle aussi et rejeter le joug que quelques oligarques lui impose.


Obama n’est qu’un pion dans une politique d’asservissement des peuples programmée de longue date. L’homme clé de ce début de 21ème siècle, c’est assurément Chavez, son intelligence, son humour, son sens de la diplomatie. Saviez-vous que le Venezuela détient un tiers de la distribution de l’essence aux Etats-Unis ? C’est la première chose que Chavez a mis sur la table au sommet des Amériques.


Hé ! Solide moyen de pression sur une civilisation fondé sur l’automobile individuelle. Saviez-vous que le Venezuela distribue de l’essence gratuite à Harlem et du mazout de chauffage aux étasuniens démunis… Je déplore plus que jamais tous les discours redondants qui sévissent parlant de l’asservissement des Peuples par le N.O.M. comme si c’était déjà fait. Faut arrêter de nourrir la bête en lui accordant la victoire avant même de l’avoir combattue et se débarrasser de cette mentalité d’esclave et de soumission. Où est passé l’orgueil de l’Europe ? Allons-nous rester les laquais de l’Empire quand le reste du monde s’unit pour lui régler définitivement son compte ?

 


Anne

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans anne humeur du jour
commenter cet article

commentaires

nomind 11/05/2009 20:57

Félicitations pour ce blog que je découvre grace à Bridge. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Eva+R-sistons 08/05/2009 15:56

Bonjour chère Anne

tu es à l'honneur ici :

http://r-sistons.over-blog.com/article-31150408.html

merci pour tes fabuleux commentaires, que je reproduis sur mes blogs très lus

je t'embrasse eva

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives