4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 21:20

 

 

 

Une année pour orienter radicalement les politiques agricoles en faveur de l'agriculture paysanne familiale

Communiqué de Presse de la Coordination Européenne Via Campesina. 

2014 : Année internationale de l'agriculture familiale  

b_350_0_16777215_00___images_stories_nosconferences_Jakarta_2013-06-07womenfromafricascaled.jpg


(21 Novembre 2013- Bruxelles) Ce vendredi 22 novembre, l'Organisation des Nations Unies lancera à New-York l'Année Internationale de l'Agriculture Familiale, en 2014. Depuis 1993, La Via Campesina est la seule organisation internationale qui défend quotidiennement l'agriculture familiale paysanne dans le monde avec plus de 160 organisations dans 79 pays et plus de 200 millions de paysans/nnes représenté(e)s. En Europe, la Coordination européenne Via Campesina (ECVC membre de LVC)

est présente dans plus de 18 pays d'Europe et fédère des organisations de paysans et de travailleurs agricoles sous la bannière de la souveraineté alimentaire et de l'agriculture paysanne - essence même de l'agriculture familiale.

A quelques jours de la conférence organisée sur le sujet par la Commission européenne le 29 novembre, il est indispensable de rappeler quelques faits.

Les petites et moyennes exploitations agricoles paysannes sont l'épine dorsale économique et sociale de l'agriculture européenne, la plus puissante de la planète, où les fermes ont 14 ha de terre en moyenne, dont plus de 69 % faisant moins de 5 ha et seulement 2,7 % plus de 100 ha.

Basée sur la capacité et l’intensité du travail – et non le capital – adaptées à l'infinie diversités des conditions naturelles, sociales et économiques, ces structures productives garantissent la sécurité et la diversité alimentaire des citoyens européens, et sont un modèle de durabilité sociale, économique et écologique. C'est une agriculture pour vivre, non une activité spéculative.

Pourtant, années après années les politiques s'appliquent à les faire disparaître dans une pseudo-modernité inadaptée aux enjeux du 21ème siècle et à la crise globale qu'affrontent les peuples européens.

Il faut aujourd'hui encourager la relocalisation des productions agricoles, et mettre en place, sans attendre, des politiques basées sur les principes de la souveraineté alimentaire pour soutenir, maintenir et élargir la durabilité économique et sociale du modèle de l'agriculture paysanne.

Il faut assurer dès aujourd'hui l'installation de nouveaux d'agriculteurs, avec des jeunes mais aussi de nouveaux entrants en provenance des autres secteurs économiques en crise qui n'offrent pas d'avenir.

Il faut faire évoluer l'idée même de l'agriculture familiale, suivant en cela l'évolution de la famille en Europe, loin du patriarcat et sans discrimination.

La politique foncière doit évoluer, selon les directives validées par les Etats au Comité Sécurité Alimentaire de l'Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO).

Les réglementations concernant l'hygiène doivent être adaptées aux réalités de l'activité familiale.

La réglementation sur les semences doit soutenir le contrôle paysans sur cet élément fondamental de toute production agricole, et non favoriser uniquement l'industrie semencière.

Il faut des financements plus adaptés aux petites fermes que dans les programmes actuels de développement rural.

Il faut faciliter la création de nouveaux circuits de marché bien plus appropriés à l’agriculture paysanne familiale.

ll faut réguler les marchés pour garantir des prix rémunérateurs et stables.20788146_c689dd1820.jpg

Il est enfin indispensable de permettre l'organisation collective et solidaire de l'agriculture paysanne familiale.

ECVC appelle les institutions internationales, et notamment l'Union Européenne, à se montrer cohérentes et systématiques dans la définition des politiques agricoles. L'année de l'agriculture familiale ne doit pas être un voile de communication pour faire oublier les négociations actuelles cruciales telles l'accord commercial avec les Etats-Unis – destructeur pour les paysans –, celles sur la réglementation concernant les semences et les derniers ajustements de la future PAC .

Seuls ces changements radicaux de politiques assureront la reconnaissance et l'avenir de l'agriculture familiale au delà de l'année 2014.

« On a besoin des petites fermes ! »

Porte Parole :

Geneviève Savigny : +33 6 25 55 16 87

Andrea Ferrante: +393480189221

 

Source :
Une année pour orienter radicalement les politiques agricoles en faveur de l'agriculture paysanne familiale

 

291793763_1b74fd7a91.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff - dans Gardiens des Semences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives