8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 15:36

Je commence ce texte samedi matin, 6 juin 2019, 75 ans après le Jour J, le débarquement de Normandie qui à tort ou a raison est un jour symbole de libération pour l’Europe. Et sera peut-être demain, je l’espère de tout cœur, une date symbole de libération pour le Mexique.

Le Président Lopez Obrador appelle à une grande manifestation d'union et de dignité nationale

Le Président Lopez Obrador appelle à une grande manifestation d'union et de dignité nationale

 

Cette semaine a été une semaine déterminante pour l’avenir de l’humanité. Depuis les déclarations de plus en plus « défensivement agressives » du leader de la révolution d’Iran l’ayatollah Khameini ou celle de Sayyed Nasralá le chef du Hezbollah. Depuis la reconnaissance par Mike Pence et Pompeo de l’impossibilité de travailler avec l’opposition vénézuélienne trop divisée alors que chacun – une quarantaine de candidat pour l’opposition, et combien de l’autre ? - veut s’emparer du pouvoir, ils admettent l’échec sur toute la ligne du soulèvement et renversement de Maduro qui devait être menée par Guaido, tambour battant, dès janvier. Depuis la position de force « douce mais ferme » de Lopez Obrador dans le bras de fer qu’il mène avec les USA pour la reconquête de la souveraineté mexicaine. Jusqu’aux positions prise par Poutine et Xi lors de leur rencontre qui commémorait 70 ans d’amitié et dans le cadre de la Conférence de Saint Petersbourg dont je vous ai transcrit certains passages clés de cette lutte pour la redistribution du pouvoir. En passant par une multitude d’événements liés, dont il est difficile de prévoir a priori lesquels pourraient faire sens...

Le monde cette semaine a passé un seuil vers une nouvelle organisation mondiale dont nous verrons bientôt comment s’opérera sa mise en pratique. Par la violence, l’affrontement militaire, l’affrontement économique et ses pénuries programmées, les USA ne se laisseront pas détrôner sans réagir, jusqu’où sont-ils capables d’aller pour faire exister encore un peu leur illusion de pouvoirJe ne renonce pas à l’espoir de voir les populations retrouver un peu de ce bon sens qui selon Descartes, était la chose la mieux partagée au monde, pour mettre un terme à la centralisation du pouvoir et celle de la propriété de la planète (finances, territoires jusqu’au dernier brin d’herbe et moyens de production… jusqu’à nos désirs, nos consciences, nos comportements sont aujourd’hui des enjeux de pouvoir.) Je sais qu’il y a du bon potentiel, partout dans le monde, mais qu’il est jusqu’ici parcellisé. Mais un point de bifurcation est par excellence le moment où l’improbable peut très vite se transformer en nouvelle réalité.

Cet après-midi (cette nuit pour nous) aura lieu un événement dont nous ne devons pas sous-estimer l’importance : Andres Manuel Lopez Obrador a convoqué une grande manifestation d’union nationale en défense de la dignité du Mexique et de l’amitié avec le peuple des USA, à Tijuana, à 5 h de l’après-midi (minuit heure de Bxls je ne vais pas dormir beaucoup cette nuit). Cette manifestation patriote a pour enjeu la libération du Mexique, la reprise en main de son destin, AMLO a appelé autant les entrepreneurs, que les leaders ouvriers ou religieux, que tous les secteurs de la population, tout ce que le Mexique compte de patriote prêts à défendre l’autodétermination du pays est convoqué cet après-midi. J’attends avec impatience de voir dans quelle mesure son appel sera suivit.

 

Les enjeux officiels : des négociations ont lieu actuellement à Washington entre la délégation mexicaine dirigée par le Ministre des Affaires étrangères Marcelo Ebrard, alors que la délégation US est dirigée par le vice-président Mike Pence. Ce dernier a transmis une déclaration de Trump au sujet du président du Mexique : Il a un grand respect pour AMLO et une sincère admiration et se déclare prêt à collaborer avec lui avec plaisir… On a appris que les déclaration de Trump n’ont pas une grande portée, pas plus que ces velléités de bonne volonté : quand elles ne font pas le jeu de son « entourage politique », elles sont systématiquement court-circuitées. N’empêche que cette déclaration a réchauffé le cœur des Mexicains Patriotes. Après des décennies de présidents qui ont systématiquement livré le pays, ses finances, ses ressources naturelles, le contrôle de son territoire aux USA, un président veut renverser cela et il a conquis le respect du président des USA… Ils sont fiers. Je les comprends. Après les difficultés sont immenses…

Trump : « Les faibles, on les écrase, les forts on négocie ». En ce qui me concerne, personne qui partage cette idéologie ne devrait accéder à des postes de responsabilité, mais c’est une autre question.

Ce que veulent les USA, c’est que le Mexique – entre autres ambitions territoriales et autres plus occultes - mette un terme au flux de migrants, plus de 100 000 chaque mois à présents, venus d’Amérique Centrale qui traversent ce pays pour se rendre aux USA, sans quoi, lundi entrerons en vigueur des barrières douanières qui plongeraient le Mexique dans une profonde crise de misère économique, mais dont les USA non plus ne sortiraient pas indemnes.

 

Pour illustrer cela on peut prendre l’exemple de l’industrie automobile US qui a délocalisé une grande partie de sa production au Mexique. Trump affirme qu’un de ses objectifs en instaurant ces barrières est de forcer ces industries à se rapatrier aux USA. Oui mais… soit les dites entreprises restent au Mexique et le prix des automobiles va monter drastiquement aux USA à cause des taxes barrières, soit elles rentrent au pays, où elles ne bénéficieront plus de la main d’œuvre sous-payée et sur-exploitée qui est un des attraits du Mexique pour les investisseurs étrangers, et le prix de revient augmentant à cause du payement de salaires décents que réclament les ouvriers étasuniens et des frais liés au déménagement, le prix des automobiles va augmenter drastiquement aux USA.

 

D’autre part, la guerre commerciale dont les USA menace le Mexique entraînerait un déferlement de misère dans un pays dont les états du Sud sont déjà en situation de crise aggravée, ce qui provoquerait un nouveau flux migratoire principalement sous forme de boot-people pour contourner la barrière (mur) et autres mesures de frontière « intelligente » de la frontière terrestre entre les deux pays. Mais cela c’est une évidence dès le départ, un mur entre les deux pays augmentera d’autant le nombre des migrants qui essayeront d’entrer aux USA par voie maritime, augmentant d’autant la longueur des frontières à garder en permanence sous contrôle. Et la tragédie des « perdus en mer » verrait augmenter le nombre de ses victimes.

 

Bref un deal perdant-perdant pour les populations des deux pays, et aussi pour beaucoup d’entrepreneurs. Mais tous le disent, désormais toutes les déclarations de Trump sont des déclarations de campagne qui ont pour but sa réélection le premier mardi de novembre de 2020. A voir les événements de la semaine, il semble bien que Trump ne domine pas, loin de là, la science des effets émergents, forcément le pouvoir triomphant en nie l’existence, pensant pouvoir se confier à une stricte linéarité des causes et des effets pour laquelle la volonté des peuples est un facteur négligeable ou neutralisable.. Deux grands effets émergents de ce siècle, totalement imprévus par les analystes et théoriciens du « Nouveau Siècle Américain » s’appellent respectivement Chine et Russie, ils sont de taille, et cette semaine ils ont renversé par leur alliance l’hégémonie au sein d’un Nouvel Ordre Mondial dont ils nous ont livré leurs règles.

Poutine et Xi, les 2 compères qui redessinent l'Ordre du Monde

Poutine et Xi, les 2 compères qui redessinent l'Ordre du Monde

Les USA n’ont pas que des amis dans le monde, et quand ils placent à la tête d’un pays des gouvernements qui leurs sont favorables, c’est en général au prix d’un mécontentement croissant des populations. Personnellement, je n’aime pas du tout ce qu’ils ont fait à mon pays. Alors oui, on peut se dire que la domination étasunienne et son soft power, c’était sans doute moins pire que de se retrouver sous le joug d’Hitler ou de Staline, mais pas de domination du tout, ni de colonisation économique et culturelle, je suis certaine qu’on s’en serait tout à fait bien accommodés. Et je ne voudrais pas que mon pays, demain, se retrouve sous la coupe de la Russie ou de la Chine.

Un monde en mutation

Un monde en mutation

Les USA jouent double jeu dans les négociations avec le Mexique, qui s’est vu rétrocédé de le liste des 10 pays les plus appréciables pour les investisseurs étrangers à la 25ème place suite à une baisse de sa cote opérée par les agences de notification. Ce qui constitue aussi une attaque contre Pemex, l’industrie pétrolière mexicaine, alors qu’il y a longtemps qu’elle n’avait pas aussi bien fonctionné. Je ne suis pas spécialiste de ces mécanismes économiques et financiers qui en fabriquant des fictions capturent des pans d’économies réelles, mais de ce que j’ai compris cela constitue une sorte d’OPA hostile qui permettrait aux Corporations US de racheter les obligations de Pemex à bas prix. Une expression vient dans la bouche ou sous la plume de nombreux commentateurs : les USA jouent avec le Mexique un incessant jeu de la carotte et du bâton, sans qu’on ne sache finalement si eux même savent clairement où ils veulent en venir.

Trump a déclaré la guerre au monde entier, sur tous les fronts, à de très rares exceptions comme Israël ou l’Arabie Saoudite, et sans doute le Brésil, puisque les étasuniens ne se sont pas privés de critiquer leurs plus fidèles alliés d’Amérique Latine la Colombie stigmatisant la mollesse de leur président en matière de défense de la sécurité et des intérêts des USA. Tandis que deux autres importants alliés politique de la région , le Chili et l’Argentine ont vu croître leurs relations économiques avec la Chine qui est le deuxième associé économique de l’Argentine alors que le Chili et la Chine ont signé au début de cette année un Traité de Libre Échange afin d’intensifier les relations commerciales entre les deux pays. Conflits entre alliance politique et intérêts économiques.

Pendant que ce déroulait une rencontre historique entre les présidents de Chine et de Russie et le Forum de Saint Petersbourg (que certains qualifient déjà de nouveau Davos) Poutine et Xi se rapprochaient et concluaient des alliances et les deux pays aussi se rapprochaient du Mexique dans le but de développer des relations commerciales réciproques et de le soutenir dans sa résistance aux pressions des USA.

Jusqu’ici (voir graphique) ces deux pays ont très peu d’échanges commerciaux avec le Mexique. De grandes avancées ont eu lieu cette semaine pour remédier à cette situation. Je n’ai pas tous les détails, mais le Mexique aura désormais pignon commerciale sur la place Rouge, alors que la 5G chinoise prépare son installation dans le pays, un rapprochement soutenu et favorisé par Angela Merkel en personne. Un témoignage de plus de ce déplacements des équilibres géostratégiques qui se produisent en ce moment. Alors que cette même semaine, se déroulait en Suisse, la dorénavant célèbre réunion des influenceurs du Bilderberg, réunion qui n’avait pas été annoncée pour éviter les à présents traditionnelles manifestations de protestations qui les accompagnent. La première question qui se pose : quel pouvoir d’influence aura ce Club de Dirigeants dans le Nouvel Ordre qui se dessine ?

 

Jusqu'ici les relations commerciales de Mexique avec la Chine et la Russie éait presque nul. A présent le Mexique envisage son intégration à la nouvelle route de la soie
Jusqu'ici les relations commerciales de Mexique avec la Chine et la Russie éait presque nul. A présent le Mexique envisage son intégration à la nouvelle route de la soie

Jusqu'ici les relations commerciales de Mexique avec la Chine et la Russie éait presque nul. A présent le Mexique envisage son intégration à la nouvelle route de la soie

 

Pendant ce temps, lors de la Conférence de Presse qui a suivi leur rencontre d’ores et déjà historique, Poutine et Xi ont énoncé les règles d’un Nouvel Ordre Mondial qui priveraient définitivement les USA de leur hégémonie, de leur rôle de gendarmes du monde.

Xi, joue la carte du soft power et de la séduction, il appelle le monde entier a collaborer, à partager les technologies et la croissance (de la Chine). Un foyer, un destin commun pour l’humanité, et la route de la soie qui fait de la Chine, comme d’une araignée au centre de sa toile, le centre de commande et de contrôle de ce Nouvel Ordre du Monde. Puisque ce que Xi nous propose de partager, en priorité et en particulier la 5G qui nous commençons à le comprendre, sera un outil de contrôle total pour celui qui en dominera la technologie et la commercialisation. Le même outil qu’utilise le Parti Communiste Chinois pour soumettre sa population à un système de contrôle social personnel qui analysant votre comportement dans les moindres détails, décidera des droits dont vous disposerez – ou non - à jouir d’avantages économiques, de liberté de mouvement, etc … et contrôle social de masses puisque ce systèmes prévoit aussi quelques outils de contrôle des « mouvements de masse » en tous genres. Quand où que vous soyez, il y a une camera pour vous reconnaître sous n’importe quel déguisement, évaluer votre état de santé et d’humeur du jour et vous suivre dans vos déplacements… Au-delà de toute autre considération, j’apprécie l’intimité, elle fait partie intégrante de la préservation de mon intégrité.

 

J’insiste sur ce point parce que je vois beaucoup trop de naïveté dans l’air. Une espèce de confusion romantique entre les grands mythes de la gauche du 21ème siècle, l’URSS, la Chine de Mao, qui n’ont jamais ressemblé en réalité aux belles promesses non tenues de pouvoir populaire. Et qui aujourd’hui incarnent les pires tendances confondues de la droite et de la gauche ancienne : un Corporatisme Absolu, un Progressisme forcené doublé d’un contrôle social des masses sans équivalent dans le passé. Si on suit leur programme on va droit dans le mur, la Vie va droit dans le mur. Comme les petits chinois qui jouissent d’avantages économiques comme celui de pouvoir se procurer un masque pour se protéger des émanations toxiques qui flottent dans de nombreuses villes. Cette semaine c’était aussi la commémoration du massacre de Tiananmen, une tuerie que le Pouvoir assume aujourd’hui comme ayant été nécessaire à l’établissement de l’ordre et de la stabilité sociale qui ont permis la merveilleuse croissance économique actuelle du pays.

Ainsi vivent les enfants dans plusieurs grandes villes chinoises. On arrête pas le Progrès ?

Ainsi vivent les enfants dans plusieurs grandes villes chinoises. On arrête pas le Progrès ?

Un journaliste désigne à une jeune étudiante universitaire sibérienne qui va se livrer au sport local du ski en bikini, une statue de Lénine et lui demande de qui il s’agit, elle répond qu’elle n’en sait pas trop rien, qu’il s’agit d’un dirigeant qui a sévit dans le pays dans un lointain passé, elle n’en sait pas plus. Alors que les jeunes chinois qui se marient en adoptant la mode du nazi-chic, n’ont jamais entendu parler à l’école de la dimension idéologique de la seconde guerre mondiale, pas plus que des méfaits du nazisme. Ils sont l’avenir de ces pays. J’avais trouvé il y a quelques années une déclaration du Ministre de l’Éducation de Russie, par laquelle il affirmait que Staline avait tout compris, que rien n’est plus efficace comme méthode d’éducation [de masse] que le lavage de cerveaux. Et nous avons tous entendu parler du grand lavage de cerveau chinois appelé révolution culturelle, si l’idéologie a pris de nouvelles orientation, les vieilles méthodes de conditionnement et de répression dans l’œuf de la dissidence sont toujours en vigueur en Chine, perfectionnées. Mais cela, déjà Platon le préconisait dans la République. Pour qu’un système fonctionne il faut que les masses soient fortement conditionnées, tenues dans l'ignorance, alors que leur comportement est sous contrôle. Et pour autant que cela nous déplaiset, nous ne pouvons pas nier que certains s’accommodent très bien de cette sécurité sous haute surveillance. Ils existent, certains sont nos voisins et nous devons en tenir compte.

 

Je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de bons empires, et ceux qui plus par une sorte d’esprit de revanche jubilatoire que par naïveté, ou pour des raisons fondées sont prêts à se jeter pieds et poings liés, tête la première dans les bras de la Russie et de la Chine, sous prétexte que ces deux-là sont en train de mettre un terme à l’hégémonie US, n’ont pas compris que les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis.

 

Mais revenons aux déclarations de Xi et Poutine. Celles de Poutine furent bien plus longues que l’invitation de XI à se placer sous son aile.

Poutine parlera du séparatisme catalan, du Venezuela, de Huawei, du dollar, bref il va donner les lignes directrices de l’alliance globale de la Russie et de la Chine pour un Nouvel Ordre du Monde. pour le prochain siècle. Beaucoup d’analystes que j’ai écouté au cours des dernières semaines prédisaient que Xi et Poutine n’oseraient pas s’en prendre au dollar, ils ont eu tort, c’est fait et tout à fait officiellement en présence des principaux journalistes des plus importants médias mondiaux.

Pour Poutine le dollar comme principale monnaie mondiale, s’est transformé en instrument de pression des USA envers le reste du monde. Il faut donc mettre un terme au règne du dollar qui plus que monnaie de réserve est un devenu une arme de la guerre économique.

Poutine a déclaré : 

« Nous devons repenser le rôle du dollar, les institutions générales du système financier mondial ont été établie il y a 75 ans, dans le cadre des accords de Bretton Woods. Les accords de Jamaïque qui les ont remplacé dans les années 70 réaffirment la priorité du dollar sans résoudre les problèmes principaux, par dessus tout, l’équilibre entre la coopération monétaires et les échanges commerciaux. Depuis lors, de nouveaux centres économiques ont émergés, le rôle de monnaies régionales s’est accru changeant les équilibres de pouvoir et les intérêts. Clairement, ces profonds changements requièrent une adaptation des organisations financières internationales et de reconsidérer le rôle du dollar, qui par son statut de monnaie de réserve mondiale, s’est converti en instrument de pression du pays émetteur à l’égard du reste du monde . Cette utilisation, de mon point de vue, est une grande erreur des autorités financières des USA ainsi que de leurs centres politiques : ils sont eux-même en train de saper leurs avantages, créés par les Accords de Bretton Woods. La confiance dans le dollar est en chute. »

La fin des lois à domaine d’application extraterritoriale est un autre réquisit de Poutine, les USA ne devraient plus pouvoir imposer aux autres pays leurs décisions politico-économiques comme les sanctions contre l’Iran, le Venezuela et Huawei, par exemple.

Poutine a déclaré également que la guerre 5G cela correspondait à l’entrée dans le monde dans la première guerre technologique de l’ère digitale.

Guerre digitale, guerre au dollar. Une autre déclaration de Poutine, celle-là pendant le forum, concerne la course à l’armement et la nécessité urgente d’inverser la tendance que jusque-là les USA soutenaient et dominaient amplement pour le plus grand bénéfice de leurs marchands d’armes.

Poutine a affirmé :

« Changement climatique, émission anthropogéniques, etc. Tout cela va bien. Même les enfants sont engagés sur ce sujet. Mais ils ne se rendent pas compte d’une menace globale, d’un défi à prendre au sérieux qui est en relation avec les possibles conflits globaux. C’est une chose à laquelle devraient penser les hommes et les femmes adultes. Nos associés étasuniens se sont retiré du Traité sur les Missiles Anti-balistiques. Et alors, quoi ? Estimés Messieurs et Dames j’aimerais vous demander :  L’un de vous a protesté activement ? Vous êtes sortis dans la rue avec des banderoles ? NON. Silence. Comme si c’était quelque chose de normal. La prorogation du Traité d’Armes Stratégique faisait partie de notre agenda. Bon il est possible de ne pas le reconduire. Personne jusqu’à présent ne négocie avec nous, malgré que nous avons dit des centaines de fois que nous étions prêts à le faire. Et pour l’année 2021 tout serait terminé. Je voudrais que vous prêtiez attention. Il n’existe encore aucun instrument pour limiter la course aux armements, ou pour limiter les emplacements d’armes dans l’espace, par exemple. Vous vous rendez compte du sérieux et du dangereux que cela représente ? Qu’est-ce qui se passe si la partie adverse répond immédiatement ? Où cela nous mènerait-il ? Tout cela doit faire l’objet d’un débat ouvert, transparent et professionnel. La communauté mondiale devrait faire partie de ce processus. Les gens ont le droit de savoir ce qui est en train de se passer. »

Fin de la citation et je vais en rester là pour le moment parce que je veux suivre tout à l’heure le déroulement de la manifestation de Tijuan

 

A suivre donc …

 

Anne W

 

 

 

Samedi 6 juin 2019
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Toutes Dernières Archives