9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 19:14
Humeur à golpe ou étranges coïncidences ou encore, le poing d'OTPOR

Pour ceux qui suivent ce blog, malgré les intermèdes, depuis un moment, vous savez que j’ai approfondi en 2014, à l’occasion du coup d’état en Ukraine et de la tentative qui se produisait simultanément au Venezuela, les théories des « coups d’états doux » et diverses de leur application dans le monde. C’est comme cela que nous avons appris que ces coups d’état sont organisés depuis Washington contre les gouvernements qui gênent ses projets et que l’Université d’Harvard organise même des cours sous égide de professeurs Serbes d’OTPOR, avec projet d’application pratique à la clé, une formation dont à bénéficié l’oligarque vénézuélien d’extrême-droite Leopoldo Lopez, entre autres.

Nous avions alors pu constater que « doux » n’était pas vraiment un bon qualificatif pour ces coups d’état. En effet s’ils se fomentent en jouant sur des causes de mécontentement légitimes de population, provoquant des soulèvements, qui seront amplement médiatisés afin de conquérir la sympathie de l’ « opinion publique internationale », en toile de fond, sont présentes dès le départ des groupes militaires ou paramilitaires, qui mènent des actions de sabotage ou de sicaires aux cibles sélectionnées, avant de récupérer le mouvement dans une implosion de chaos qui installera le régime souhaité par Washington.

« Les cibles sélectionnées » : nous avions vu également que ces cibles constituaient souvent le « tiers exclu » de la révolution, les partisans de la souveraineté populaire, de la démocratie directe ou d’une « démocratie représentatives avancée » qui se trouvent pris en sandwich entre autocratie ancienne et celle qui va la remplacer, quand le pays ne se retrouvent pas tout simplement déchiré par une guerre civile sans issue. A cela seuls quelques auteurs font allusion. Je l’ai relevé parce que cela venait confirmer certaine de mes observations, la poursuite de la liquidation d’un courant de pensée et des personnes ou groupes qui l’incarnent, tout ceux qui incarnent la défense de la souveraineté des peuples. La première phase est une excellente occasion pour repérer ceux qui auraient des aptitudes pour prendre la tête de ces mouvements et déterminer donc quelles seront les cibles d’une élimination programmée.

Un autre aspect intéressant, ce fut de voir qu’au Venezuela, malgré la disparition prématurée de Chavez, malgré la présumée scission en deux parties entre peuple de gauche et société civile de droite, malgré les années de préparation à grands coups de millions de dollars distribués par Washington pour fabriquer cette société civile réactionnaire et en particulier ces cadres étudiants, pour la plupart à la fois rejetons de l’oligarchie et membres d’organisation d’extrême droite en étroite connivence avec l’Uribisme Colombien, ses paramilitaires et bacrims (bandes criminelles dont les membres sont d’anciens militaires et paramilitaires assumant le rôle de milices de l’extrême-droite). Malgré tout se déploiement financier et ses formations poussées, la tentative de coup d’état doux a échoué parce que ses auteurs n’ont pas réussi a provoquer un soulèvement populaire et que l’opposition elle-même, politique ou parmi la population, c’est démarquée  de Lopez et de ses méthodes, comme Capriles qui tout au plus tièdement encourageant, n’a cessé de retourner sa veste au gré des courants de l’opinion des électeurs.

C’est pourquoi d’ailleurs je m’étonne quand je vois des auteurs de gauche qualifier Lopez de star de l’opposition alors qu’il est seulement celle d’une oligarchie apatride. Des sales gosses de l’oligarchie compradore, les sifrinos de JAVU (version vénézuélienne de CANVA), manos blancas, qui englobent d’un même mépris, le petit peuple et la classe moyenne. D’où leur échec du à une antipathie réciproque, profonde et atavique.

Dans le texte auquel je vais vous renvoyer, c’est la version libanaise de ces déstabilisation de gouvernement made in USA, qui est décrite, on y retrouve les même sponsors qu’en Amérique latine, USAID, IRI, Freedom Hause,… qui allient le financement du gouvernement étasunien avec celui d’investisseurs privés.

Vous pouvez lire sur Investig’action, qui fait du bon boulot et vaut le détour en ce moment l’entièreté de ce texte Liban 2005-2015 : d’une « révolution » colorée à l’autre ou en version originale très bien illustrée ; Liban 2005-2015 : d’une « révolution » colorée à l’autre je vais vous livrer quelques extraits choisis :

Nous retrouvons les mêmes sponsors au Liban qu’au Venezuela !

…[l’USAID (United States Agency for International Development), la NED (National Endowment for Democracy), l’IRI (International Republican Institute), le NDI (National Democratic Institute for International Affairs), Freedom House et l’OSI (Open Society Institute). Ces organismes sont financés par le budget américain ou par des capitaux privés américains. À titre d’exemple, la NED est financée par un budget voté par le Congrès et les fonds sont gérés par un conseil d’administration où sont représentés le Parti républicain, le Parti démocrate, la Chambre de commerce des États-Unis et le syndicat American Federation of Labor-Congress of Industrial Organization (AFL-CIO), alors que l’OSI fait partie de la Fondation Soros, ]

…[Certains activistes, comme Bassem Chit (décédé en 2014), ont reconnu avoir été contactés par Freedom House dans le but de «  financer des mouvements de jeunesse pour aider au processus de démocratisation ».]

Nous retrouvons également les procédés de mise en scène médiatique soigneusement orchestrée à l’intention de l’ « opinion publique internationale »

…[« … il m’a dit que je devrais donner un coup de main à un groupe de Serbes qui venaient nous aider. Ils avaient l’air hyper-professionnels par rapport à ce qu’ils voulaient faire. Je voyais leur influence dans tout ce qui se passait. C’étaient des spécialistes des révolutions de couleur ». Et d’ajouter : «  Puis ils ont commencé à nous dire ce qu’il fallait faire ou non. Je les accompagnais à des réunions avec les médias – rien que des médias internationaux – et ils coordonnaient les choses avec eux. Ils se connaissaient tous très bien […]. Ils nous ont donné une liste de slogans qui devaient être diffusés par les télévisions occidentales. Ils nous ont dit, à nous et aux journalistes occidentaux, où mettre les banderoles, quand les brandir en l’air, et même la taille qu’elles devaient avoir. Par exemple, ils demandaient aux journalistes de les prévenir des créneaux horaires où ils allaient passer, puis ils nous disaient de régler nos montres et de brandir nos pancartes juste à 15h05, en fonction du moment où les chaînes télévisées retransmettaient en direct depuis Beyrouth. C’était une mise en scène totale »]

 

Humeur à golpe ou étranges coïncidences ou encore, le poing d'OTPOR
Humeur à golpe ou étranges coïncidences ou encore, le poing d'OTPOR

 « Le poing d’OTPOR », on le retrouvera également sur les tee-shirts JAVU du Venezuela,normal puisqu’une partie de leurs militants ont été entraînés en Serbie,en voyage de formation universitaire par groupe d’une dizaine.

…[Rappelons que le poing d’Otpor a été largement utilisé lors des différentes révolutions colorées et des manifestations qui ont accompagné le « printemps » arabe]

Je vous conseille vraiment d’aller lire ce texte en entier si le réseau des connexions des manipulateurs de « révolutions » made in Washington vous intéresse, vous y trouverez quelques renseignements intéressants,je vous en donne un aperçu comme les noms des participants à la

…[ une conférence internationale sur la « Démocratie et la sécurité » qui s’est tenue à Prague (République Tchèque), du 5 au 6 juin 2007. (…) Citons, pêle-mêle, l’ancien Président tchèque Vaclav Havel, l’ancien Premier ministre d’Espagne, Jose María Aznar, le sénateur américain, Joseph Lieberman, l’ancien directeur de Freedom House, Peter Ackerman, l’égérie de la révolution orange et ancienne Premier ministre de l’Ukraine, Ioulia Timochenko ou le « néocon » Joshua Muravchik, lui aussi membre du PNAC. Dans cette conférence, (…) l’activiste égyptien Saad Eddin Ibrahim, le dissident soviétique (actuellement israélien), anticommuniste et sioniste Natan Sharansky et l’opposant russe Garri Kasparov.]

…[le clou de la conférence a été, sans conteste, la présence du président G.W. Bush qui profita de l’occasion pour faire un discours sur la liberté, la démocratie, la dissidence et l’activisme politique]

Vous trouverez dans le texte original quelques autres intéressantes connexions, que je vous laisse découvrir.

Ici, on fera remarquer les liens qui existent entre Aznar et Uribe qui ont participé conjointement à de nombreuses réunions de l’extrême-droite latino, dont plusieurs qui se sont tenues dans l’état de Rosario en Argentine, en présence de membres éminents de l’opposition vénézuélienne comme Cruella Machado avait pour thème la recherche des moyens pour renverser le gouvernement de ce pays. (Voir à c sujet par exemple le très édifiant texte de Stella Calloni : Dormir avec l'ennemi ou l'invasion silencieuse. )

 

Il y aurait bien sûr encore beaucoup à dire, beaucoup de liens à faire. On peut se référer à l’excellent document de Dondevamos, « Les militants égyptiens formés à Washington et chez OTPOR » qui fait le lien entre Coup d’état doux an Egypte et annonce celui à venir au Venezuela ». Ainsi dans le txte précédent j’établissais le lien entre Traités de Libre Echange Trans-Atlantique et Trans-’Pacifique, similaires dans leur méthodes, contenus et objectifs, mais rassurez-vous braves gens il n’y a pas de Conspirations, seulement d’étranges coïncidences…

Anne

Mouvement du "14 mars" libanais

Mouvement du "14 mars" libanais

H

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Wolff
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne Wolff
  • Le blog de Anne Wolff
  • : Comprendre la globalisation, apprendre à y résister
  • Contact

Profil

  • Anne Wolff
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité
  • Amoureuse de la vie, d'une fleur, d'un papillon, d'un arbre, du sourire d'un enfant, je m'oppose à tout ce qui conduit à la destruction systématique de ce que la nature a créé, de la vie, de la beauté du monde, de la tendresse et de la dignité

No Pub

Malgré les publicités imposées dans sa nouvelles versions qui apparaissent sur ce blog,celui-ci reste un acte gratuit.

Recherche

Nouvelles formes du fascisme

"Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore […].

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de microfascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma."

 

Gilles Deleuze, février 1977.

Archives